Le nom de la mère doit être adjoint à celui du père, seulement si la mère le demande (Sansan Kambilé, Ministre de la Justice)
0
 

Écouter
Le nom de la mère doit être adjoint à celui du père, seulement si la mère le demande (Sansan Kambilé, Ministre de la Justice)

Le nom de la mère doit être adjoint à celui du père, seulement si la mère le demande (Sansan Kambilé, Ministre de la Justice)

RTI Info/Ollah Sekongo | Lu 3246 fois | Publié

Dans le cadre de la réforme des lois régissant la famille, l’Etat de Côte d’Ivoire a instauré une égalité de droit entre l’homme et la femme dans l’attribution du nom à l’enfant, aussi bien dans la famille légitime que dans la famille naturelle. A la suite dudit projet de loi adopté en conseil des ministres le mercredi 27 novembre 2019, Sansan Kambilé, Ministre de la justice et des droits de l’homme, a donné des explications pour une meilleure compréhension de ladite loi via un communiqué publié sur la page Facebook dudit ministère.

Le projet de loi qui autorise désormais la mère à faire adjoindre son nom à celui du père, de sorte que l’enfant issu aussi bien de la filiation légitime que de la filiation naturelle, puisse porter un nom double, suscite plusieurs spéculations. Pour aider à une meilleure compréhension de ce projet de loi, Sansan Kambilé a tenu à apporter des précisions. « Il faut indiquer que cette décision appartient désormais au père et à la mère. Le nom de la mère doit y être adjoint, seulement si la mère le demande. Si l’enfant ne porte que le nom de son père il a la possibilité de demander d’ajouter le nom de sa mère. Et en cas de refus du père, l’enfant peut uniquement porter le nom de sa mère », a-t-il précisé.

Le projet de loi ne fait pas de l’adjonction du nom de la mère une obligation mais donne autorisation à la mère et à l’enfant d’ajouter le nom de la mère, c’est donc un droit facultatif. Poursuivant, le Ministre a ajouté que « le nom de la mère n’est autre que le nom de son père ; par cette adjonction, la mère pérennise également le nom de son père ».

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Les performances économiques de la Côte d’Ivoire ont permis d’établir le taux de pauvreté à 37,2 % en 2018 (Premier Ministre )

Amadou Gon Coulibaly réaffirme l’engagement du gouvernement à agir sur les prix des produits de première nécessité pour le bien-être des populations

Le tourisme est l'un des secteurs économiques à la croissance la plus rapide du monde (Duncan)

Grâce à la CMU 1,4 millions de personnes ont accès pour la première fois aux prestations sociales (Amadou Gon Coulibaly)

La Ministre Ly Ramata invite les femmes à se mobiliser pour la Journée Internationale de la Femme 2020