Grève dans l’enseignement secondaire : Dialogue entre le gouvernement et les organisations syndicales d’enseignants
0
 

Écouter
Grève dans l’enseignement secondaire : Dialogue entre le gouvernement et les organisations syndicales d’enseignants

Grève dans l’enseignement secondaire : Dialogue entre le gouvernement et les organisations syndicales d’enseignants

Issouf Kamagaté | Lu 2679 fois | Publié

Face à la grève qui perdure dans l’enseignement primaire et secondaire, le ministère d’Education nationale de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle a engagé un cadre de discussions lundi 18 février avec les organisations syndicales d’enseignants à Abidjan.

Lors des négociations, le chef de cabinet du ministre d’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnelle, Abdoulaye Kouyaté a déclaré : "Nos signatures nous engagent en tant qu’acteurs du secteur sensible qu’est l’éducation-formation". Invitant les enseignant grévistes à respecter la trêve sociale signée depuis 2017.

Selon ses propos, la ministre Kandia Kamara "exhorte les enseignants à observer les principes de base dans la conduite du dialogue social". Un peu dans la même idée, le président de la cérémonie Adama Diawara, qui représentait le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, a souhaité que les échanges soient francs et constructifs et qu’au sortir de ces discussions triomphe la paix du système éducatif.

Au cours des échanges, Bakari Koné, le secrétaire permanent du Conseil consultatif de l’éducation nationale a présenté la feuille de route des discussions qui comprend sept rubriques, entre autres la nécessité d’avoir une approche critique et ou contradictoire de chaque point de revendication, un rapport ou un document de résolutions sur l’ensemble des points de revendications selon un échelonnage des niveaux d’acceptabilité dans le court, moyen et long terme.

Le porte-parole de la Coalition des syndicats du secteur éducation formation de Côte d’Ivoire (Cosef-CI) a approuvé cette démarche avec le gouvernement. "Aujourd’hui, l’Etat de Côte d’Ivoire a compris qu’il fallait aller à la discussion. Nous nous réjouissons d’être à cette table de discussion. Nos attentes sont évidemment les réponses à nos points de revendications", a –t-il indiqué.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Yamoussoukro accueille un atelier de réflexion sur la gestion durable des terres

Cameroun: les législatives reportées une deuxième fois à 2020

Libye: le gouvernement basé à Tripoli "inquiet" d'une "nouvelle escalade" militaire

Niger: près de 900 migrants nigériens rapatriés depuis janvier par l'ONU

Un comité civilo-militaire mixte installé à Dimbokro