Lutte contre la malnutrition : Des experts plaident une meilleure implication des pouvoirs publics en Afrique.
0
 

Écouter
Lutte contre la malnutrition : Des experts plaident une meilleure implication des pouvoirs publics en Afrique.

Lutte contre la malnutrition : Des experts plaident une meilleure implication des pouvoirs publics en Afrique.

Ange Yao (Stagiaire) / RTIinfo | Lu 2126 fois | Publié

L'élaboration et la mise en oeuvre d'une politique publique de lutte contre la malnutrition impliquant l'ensemble des secteurs tels que la santé, l’agriculture, l’éducation, l'environnement et la finance. C'est l'une des principales conclusions de la première édition du colloque "Entreprendre contre la malnutrition'' qui a refermé ses portes ce mardi 26 novembre 2019 à Abidjan en marge du Salon International de l'Agriculture et des Ressources Animales d'Abidjan (SARA).

Ce colloque initié par l'Ong française "Fondation Avril" a réuni des nutritionnistes, des professionnels du secteur agro-alimentaire, des chercheurs, des investisseurs. L'objectif de cette rencontre était de tracer les lignes pour l'éradication de la malnutrition en Afrique de l’ouest.

Durant les différents débats et les présentations qui ont marqué le colloque, les experts ont souligné la nécessité de l'implication des décideurs politiques dans la lutte contre ce ''fléau'', car la situation de la malnutrition en Afrique de l'ouest est préoccupante, disent-ils.

Ils ont notamment mis en cause l'instabilité et l'inaccessibilité des produits agricoles et la montée des prix des matières premières.

"En côte d'ivoire, 35% des enfants en zones rurales souffrent de malnutrition, malgré les efforts fournis par le Gouvernement ivoirien, l'indice de la faim dans le pays est estimé à 19% (...) et les cultures pérennes de rentes sont privilégiées au détriment des cultures vivrières, selon les chiffres de l'Organisation mondiale de l'alimentation (FAO)'' a déploré Louise Akanvou, Directrice de recherche au Centre national de recherche agronomique (CNRA).

Pour elle, les autorités ivoiriennes doivent mettre en place une politique de coexistence entre les cultures de rentes et les cultures vivrières dans les zones forestières et la réorganisation des différentes filières.

Les parties prenantes à ce colloque ont aussi appelé les États africains, à la prise en charge précoce des enfants mal nourris, la sensibilisation des populations aux bonnes pratiques d'hygiène et de nutrition en faveur des personnes les plus vulnérables, en l'occurrence, les femmes enceintes et celles en âge de procréer, au financement de la recherche scientifique et la promotion des nouvelles technologies dans les systèmes de productions agricoles.

À côté de l'implicaton des pouvoirs publics dans la lutte contre la dénutrition en Afrique de l'ouest, tous sont unanimes que la culture des légumineuses est une solution pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations.

En effet, selon des spécialistes, cette innovation du système agricole a des effets positifs au plan écologique et satisfait des besoins en protéines végétales.

Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en concluant les travaux de ce colloque, a fait savoir que le Gouvernement français compte soutenir financièrement les États africains touchés par la malnutrition.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une adolescente de 12 ans est morte en Belgique des suites du #covid_19, un cas très rare, ont annoncé les autorités sanitaires

COVID 19: Au total 421 personnes interpellées pour non respect du couvre-feu

COVID 19: La ministre de la Solidarité, de la Cohésion sociale remet des kits hygiéniques remis à des collectivités

COVID 19: Le matériel de protection des agents de santé bientôt renforcé (Directeur général de la santé)

COVID-19: Six individus condamnés à six mois de prison pour violation du couvre-feu à Abengourou