La Colombie interdit l'entrée à plus de "200 collaborateurs" du gouvernement Maduro
0
 

Écouter
La Colombie interdit l'entrée à plus de

La Colombie interdit l'entrée à plus de "200 collaborateurs" du gouvernement Maduro

AFP | Lu 2037 fois | Publié

Le gouvernement colombien a interdit mercredi l'entrée à plus de 200 personnes, qualifiées de collaborateurs de la "dictature" de Nicolas Maduro au Venezuela, a annoncé le service des migrations.

"La décision, souveraine et discrétionnaire, entre dans le cadre des mesures prises par le Groupe de Lima, dont la Colombie fait partie, et qui cherche une issue pacifique à la crise au Venezuela" voisin, a indiqué ce service dans un communiqué.

Le directeur du service des migrations, Christian Krüger, n'a pas écarté que la liste des "déclarés irrecevables" par la Colombie s'allonge au cours des prochains mois, "en raison de leur relation étroite et soutien au régime de Nicolas Maduro".

"Nous allons nous abstenir de publier cette liste pour plusieurs raisons, parce qu'aujourd'hui ils peuvent être des collaborateurs, mais plus tard (ils pourraient) aider au retour de la démocratie", a-t-il ajouté.

M. Krüger a affirmé en outre que la Colombie expulserait les collaborateurs étrangers de Nicolas Maduro qui se trouveraient sur son territoire.

Parmi les personnes concernées, figure Ronald Alexander Ramirez Mendoza, arrivé mercredi à l'aéroport de Barranquilla (nord) par un vol charter, avant d'être averti de la mesure.

Il avait été nommé par M. Maduro comme président d'une entreprise vénézuélienne opérant dans cette ville de la côte caraïbe.

Le gouvernement du président colombien de droite Ivan Duque a pris la tête de la pression diplomatique internationale contre la "dictature" du président socialiste Nicolas Maduro au Venezuela, avec lequel Bogota n'a quasiment plus de relations depuis 2017.

Comme les Etats-Unis et plusieurs pays latino-américains, la Colombie a reconnu comme président intérimaire du Venezuela l'opposant Juan Guaido, président de l'Assemblée nationale, non reconnue par l'exécutif.

Le Groupe de Lima, qui regroupe une douzaine de pays d'Amérique latine, ne reconnaît pas M. Maduro, estimant que son second mandat, entamé le 10 janvier, est issu d'élections manipulées.

La tension entre la Colombie et le Venezuela, qui partagent plus de 2.200 km de frontière, s'est aggravée ces derniers mois, après que Nicolas Maduro ait accusé le gouvernement d'Ivan Duque de participer avec le Brésil à un complot orchestré par les Etats-Unis pour le renverser et l'assassiner. Bogota l'a énergiquement nié.

La méfiance s'est accrue avec la diffusion des notes d'un carnet de John Bolton, conseiller à la Sécurité nationale du président des Etats-Unis Donald Trump, qui ont semé le doute sur un possible déploiement de troupes américaines en Colombie.

Parmi les notes de M. Bolton, lors d'une conférence de presse à Washington, on pouvait lire "5.000 soldats en Colombie". Un haut fonctionnaire américain, interrogé par l'AFP sur la signification de cette inscription, a déclaré ne pas disposer d'informations accréditant ce chiffre.

Le ministre des Affaires étrangères colombien, Carlos Holmes Trujillo, a affirmé mardi en ignorer la signification.

Proche allié de la Colombie, les Etats-Unis ont réitéré que "toutes les options sont sur la table" en ce qui concerne le Venezuela et ils ont lundi imposé des sanctions à la compagnie pétrolière publique PDVSA, augmentant la pression sur Nicolas Maduro.

Le président Duque s'est toutefois déclaré opposé à une intervention militaire.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Mali: six morts dans une attaque contre des groupes progouvernementaux

Macédoine du Nord: le Premier ministre demande des élections anticipées après la rebuffade de l'UE

Soro Guillaume, ex-président de l'Assemblée nationale, a annoncé qu'il sera candidat à la présidentielle de 2020.

Madagascar: des blessés lors d'une manifestation contre un projet d'extension de la capitale

Pluies au Ghana: 28 morts et des centaines de maisons effondrées