Burkina : le chef d'état-major des armées limogé
0
 

Écouter
Burkina : le chef d'état-major des armées limogé

Burkina : le chef d'état-major des armées limogé

AFP | Lu 1034 fois | Publié

Le chef d'état-major général des armées du Burkina Faso, Oumarou Sadou, a été limogé jeudi, alors que les forces de sécurité n'arrivent pas à enrayer les attaques jihadistes récurrentes qui frappent le pays.

Le général de brigade Oumarou Sadou a été remplacé à la tête des armées par le colonel-major Moise Minoungou, précédemment commandant du groupement central des armées, selon un décret présidentiel lu à la télévision publique.

"Le colonel-major Moise Minoungou est nommé chef d'état-major général des armées", a déclaré le ministre de la Communication Remis Fulgance Dandjinou, lisant le décret signé du président Roch Marc Christian Kaboré.

Un second décret a élevé cet officier supérieur de 59 ans, spécialiste en artillerie, "au grade de général de brigade", a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Il avait été chef d’état-major adjoint de l’armée de terre, avant d'être nommé en mai 2017 commandant du groupement central des armées.

Le Burkina Faso est confronté depuis trois ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières. 

D'abord concentrées dans le nord du pays, ces attaques se sont ensuite étendues à d'autres régions dont celle de l'Est, frontalière du Togo et du Bénin.

Attribuées aux groupes jihadistes Ansaroul Islam et au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) et à d'autres groupuscules, elles ont fait plus de 255 morts depuis 2015.

Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises, avec un bilan total de près de 60 morts. La dernière, en mars 2018, avait dévasté l'état-major général des armées, en plein centre-ville.

Depuis le 1er janvier, l'état d'urgence a été décrété dans 14 provinces (sur 45), reparties sur six régions ayant enregistrées des actes terroristes.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une organisation non gouvernementale (ONG) fait don d'une faucheuse et d'un tracteur muni d’attelages aux riziculteurs de Tafiré

Une maternité et de l’électricité pour le village de Gopoupleu dans le département de Danané

Mise en place de comités villageois de protection des forêts à Danané

Sortie de la 1ère promotion d’une école primaire islamique pour jeunes filles à Tafiré

La direction départementale de la Jeunesse de Vavoua et l’Agence emploi-jeunes lancent une opération d’enrôlement des jeunes et de leurs projets