Mali: 4 militaires tués dans une embuscade dans le centre du pays (armée)
0
 

Écouter
Mali: 4 militaires tués dans une embuscade dans le centre du pays (armée)

Mali: 4 militaires tués dans une embuscade dans le centre du pays (armée)

AFP | Lu 1400 fois | Publié

Quatre militaires maliens ont été tués jeudi par des jihadistes présumés dans une embuscade dans la région de Motpi, dans le centre du Mali, a-t-on appris de sources concordantes.

L'attaque s'est produite vers la mi-journée dans le secteur de Diafarabé, a affirmé l'armée malienne dans un communiqué, la qualifiant d'"embuscade". "Au cours de cet accrochage les FAMa (forces armées maliennes, NDLR) déplorent quatre morts", selon le texte.

Selon un élu de Diafarabé, ce sont des militaires en patrouille à 14 km de Diafarabé qui se sont battus contre les jihadistes. "Les assaillants ont emporté des armes lourdes", a précisé cet élu à l'AFP sous le couvert de l'anonymat.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes, en grande partie dispersés par une intervention militaire lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, malgré la signature en 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes, dont l'application accumule les retards.

Depuis 2015, ces violences se sont propagées du nord au centre du pays, se mêlant très souvent à des conflits intercommunautaires, un phénomène que connaissent également le Burkina Faso et le Niger voisins.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Soro Guillaume, ex-président de l'Assemblée nationale, a annoncé qu'il sera candidat à la présidentielle de 2020.

Madagascar: des blessés lors d'une manifestation contre un projet d'extension de la capitale

Pluies au Ghana: 28 morts et des centaines de maisons effondrées

Burkina : un policier tué dans une attaque dans l'est

Guinée: le parquet requiert 5 ans de prison ferme contre les initiateurs de la contestation