Début de l’hommage national à Bernard Dadié à Abidjan avant son inhumation le 12 avril.
0
 

Début de l’hommage national à Bernard Dadié à Abidjan avant son inhumation le 12 avril.

Lukas Nickel (Stagiaire) | Lu 1557 fois | Publié

Daniel Kablan Duncan, Vice-président, a ouvert mardi 9 avril à l’échelle nationale la série d’hommages à Bernard Binlin Dadié, ’écrivain, homme politique et journaliste qui s’est éteint le 9 mars dernier à l’âge de 103 ans à Abidjan. Il sera inhumé le 12 avril au cimetière de Williamsville.

Daniel Kablan Duncan a reconnu l’œuvre de Bernard Dadié. « Le monde littéraire ivoirien légitimement souhaitait qu’il obtienne le Prix Nobel de la littérature au regard l’immense œuvre qu’il a produit » a-t-il remarqué en déclarant que Dadié « a eu un Nobel d’autre type aussi glorieux. Il s’agit du Nobel de reconnaissance de sa grandeur par des millions d’élèves et étudiants, pas seulement à la Côte d’Ivoire, mais aussi en Afrique, voire dans le monde. »

Maurice Bandaman, Ministre de la Culture et de la Francophonie, a quant à lui ajouté que « le père des lettres ivoiriennes a inscrit son nom au panthéon des arts et lettres africaines. Grace à lui, par lui et avec lui, notre pays compte parmi les plus grandes nations des lettres ».
L’Unesco, l’Ambassade des Etats-Unis et plusieurs associations des arts et des lettres ont pris part à cet hommage solennel.

Tout au long de sa vie, l’écrivain a produit une œuvre littéraire couvrant plusieurs genres comme la poésie, le théâtre et le roman. Parmi les plus célèbres, on note « Un nègre à Paris » et « Climbié », Dadié était aussi connu à l’échelle mondiale pour son engagement en faveur de la décolonisation et de la reconnaissance d’une culture africaine, riche et diversifiée.

A côté de son travail littéraire, Bernard Dadié a occupé plusieurs fonctions politiques, dont Chef de Cabinet du ministre de l’Education nationale de 1957 à 1959, directeur des services de l’information de 1959 à 1961 et de 1962 à 1963 directeur des beaux-arts. Dadié églement fut vice–président du conseil exécutif de l’UNESCO avant sa nomination comme Ministre de la Culture et de l’Information. Un département ministèriel que l'écrivain va diriger de 1977 à 1986. 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Les élèves font arrêter les cours à Gagnoa malgré la présence des forces sécuritaires

Ouattara salue les 55 années "de qualité et de professionnalisme" de Fraternité Matin

Des experts africains en conclave à Abidjan autour de la qualité de la formation professionnelle

Près de 600 ménages enregistrés pour la deuxième vague du projet “filet socio-productif “à Nassian

Des bénéficiaires du projet "Agir pour les jeunes" à Boundiali en formation