Les machines à sous chinoises envahissent la ville de Séguéla
0
 

Écouter
Les machines à sous chinoises envahissent la ville de Séguéla

Les machines à sous chinoises envahissent la ville de Séguéla

AIP | Lu 1800 fois | Publié

Les machines à sous chinoises sont, depuis quelque temps, positionnées à plusieurs endroits de la ville de Séguéla (Centre-ouest, région du Worodougou), a constaté l’AIP, lundi, en ces lieux où les attroupements sont quasi-permanents.

Elèves, mécaniciens, enfants talibés et autres individus d’un certain acabit jouent ou assistent à des parties de jeu auxquelles participent des joueurs dont la quasi-totalité n’a pas la majorité.

« On gagne même », a répondu furtivement un joueur tandis qu’il opérait sa sélection pour miser sur ceux-ci, à la question de savoir si les gains étaient réels.

La mise minimale de 100 francs, avec en contrepartie des gains de 300 francs à plus de 2 000 francs, consiste à sélectionner des joueurs et à miser sur eux dans l’espoir de les voir tirés au sort, note-t-on.

« C’est un bon business parce que depuis que les gens sont venus déposer ça ici, on gagne un peu un peu », a confié le propriétaire d’un studio photos qui s’est converti en gérant de machine à sous, une affaire plus que juteuse puisqu’il engrange journellement 7 000 francs au minimum.

Selon lui, chaque joueur qui gagne une partie lui reverse 10 % de son gain. Ainsi de suite. Quant aux possesseurs des machines disséminées à travers la ville et qui drainent du monde jusque tard dans la nuit, ils passent les soirs les ouvrir pour récupérer la recette, a-t-on appris.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Urgent | La Côte d’Ivoire compte désormais 3262 cas confirmés, 1584 guéris et 35 décès.

Coronavirus : 152 cas, 54 guéris et 0 décès enregistrés ce jeudi 04 juin 2020.

Le Centre national de recherche agronomique (CNRA) sollicite le statut d’utilité publique pour son patrimoine foncier

Les femmes des marchés de Bingerville invitées à être des ambassadrices du respect des gestes barrières

Les corps sans vie d’un couple de paysans découverts dans une forêt à Bangolo

Publicité