Les machines à sous chinoises envahissent la ville de Séguéla
0
 

Écouter
Les machines à sous chinoises envahissent la ville de Séguéla

Les machines à sous chinoises envahissent la ville de Séguéla

AIP | Lu 1662 fois | Publié

Les machines à sous chinoises sont, depuis quelque temps, positionnées à plusieurs endroits de la ville de Séguéla (Centre-ouest, région du Worodougou), a constaté l’AIP, lundi, en ces lieux où les attroupements sont quasi-permanents.

Elèves, mécaniciens, enfants talibés et autres individus d’un certain acabit jouent ou assistent à des parties de jeu auxquelles participent des joueurs dont la quasi-totalité n’a pas la majorité.

« On gagne même », a répondu furtivement un joueur tandis qu’il opérait sa sélection pour miser sur ceux-ci, à la question de savoir si les gains étaient réels.

La mise minimale de 100 francs, avec en contrepartie des gains de 300 francs à plus de 2 000 francs, consiste à sélectionner des joueurs et à miser sur eux dans l’espoir de les voir tirés au sort, note-t-on.

« C’est un bon business parce que depuis que les gens sont venus déposer ça ici, on gagne un peu un peu », a confié le propriétaire d’un studio photos qui s’est converti en gérant de machine à sous, une affaire plus que juteuse puisqu’il engrange journellement 7 000 francs au minimum.

Selon lui, chaque joueur qui gagne une partie lui reverse 10 % de son gain. Ainsi de suite. Quant aux possesseurs des machines disséminées à travers la ville et qui drainent du monde jusque tard dans la nuit, ils passent les soirs les ouvrir pour récupérer la recette, a-t-on appris.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Tuberculose : Un comité régional de lutte contre la maladie installé dans la Bagoué

Un colloque sur la prévention des accidents des machines dans les entreprises ouvert à Abidjan

Ouverture à Abidjan de la 21ème conférence trimestrielle de la coalition ivoirienne pour la CPI

Élections des membres des collèges de la nouvelle Assemblée générale du Bureau ivoirien du droit d'auteur (BURIDA)

L’usine de transformation du manioc de Songon-Kassemblé toujours fermée malgré sa réhabilitation