Il n’a pas été demandé au Président de la Banque africaine de développement de démissionner (Nialé Kaba)
0
 

Écouter
Publicite
Il n’a pas été demandé au Président de la Banque africaine de développement de démissionner (Nialé Kaba)

Il n’a pas été demandé au Président de la Banque africaine de développement de démissionner (Nialé Kaba)

Frédéric Goré-Bi / RTIinfo | Lu 5666 fois | Publié

La Ministre du plan et du développement Nialé Kaba affirme qu’il n’a été décidé de la démission du Président de la Banque africaine de développement (BAD) Akewumi Adesina, accusé de favoritisme au profit de ses compatriotes par des lanceurs d’alertes comme relaté par certains médias. Elle a fait cette déclaration,le jeudi 28 mai 2020 suite à une rencontre tenue avec le Bureau du conseil des gouverneurs de la BAD dont elle assure la présidence.

Une plainte des lanceurs d’alertes contre Akewumi Adesina a permis au Comité d’éthique du Conseil d’administration de la banque de mener une enquête interne. Il ressort de ces investigations que les actes de gouvernance du président de la BAD n’entachent pas la crédibilité de l’institution et ne présentent pas de menaces internes.

"Il n’y a pas de crise institutionnelle au sein du groupe de la Banque Africaine de développement" souligne Nialé Kaba.

Akewumi Adesina est également accusé de violation du code d’éthique de l’institution et d’enrichissement personnel.

La Présidente du Bureau des gouverneurs de la BAD et ministre du plan et du développement rassure l’opinion publique que le bureau s’est saisi de l’affaire et qu’il la traite avec rigueur. "Nous informons le public qu’aucune décision n’a été prise tel que faussement véhiculé dans certaines publications" dément-elle.

Des médias avaient annoncé le 26 mai que le Conseil des gouverneurs avait accepté la demande d'enquête approfondie et indépendante sur les accusations portées contre le président de la Banque africaine de développement.

Face à ces fausses publications, la présidente du Bureau des gouverneurs de la BAD Nialé Kaba estime qu’il était nécessaire d’effectuer des clarifications afin d’éviter tout malentendu.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La reine des Baoulé envisage un rapprochement entre Ouattara et Bédié

Covid-19 : Les autorités sanitaires s'inquiètent face au relâchement dans les mesures barrières

Les producteurs d’Abengourou inquiets des difficultés d’écoulement du cacao vers Abidjan

Un atelier pour la validation de l’avant-projet de loi portant code de l’élevage en Côte d’Ivoire prévu à Grand-Bassam

Abidjan abrite le premier atelier sur la “Charte graphique et l’identité visuelle de la CEDEAO”

Publicite
Publicite