Le Procureur de la République a reçu les conclusions de l’enquête sur l’affaire de riz avarié (Porte-Parole du Gouvernement).
0
 

Écouter
Le Procureur de la République a reçu les conclusions de l’enquête sur l’affaire de riz avarié (Porte-Parole du Gouvernement).

Le Procureur de la République a reçu les conclusions de l’enquête sur l’affaire de riz avarié (Porte-Parole du Gouvernement).

Frederic Gore-Bi/RTIinfo | Lu 1674 fois | Publié

Sidi Touré, porte-parole du gouvernement ivoirien a révélé ce mercredi lors du compte rendu du Conseil des ministres que le procureur de la République, Adou Richard, saisi sur l’affaire du riz avarié, a déjà en sa possession le rapport s’y afférant.

"Ce jour, le Procureur de la République a reçu les conclusions de l’enquête’’, a indiqué le ministre de la communication et des médias. Avant d’ajouter "nous serons informés sur le contenu de ce rapport".
Concernant la destruction de cette cargaison de 18.000 tonnes de riz, en provenance de la Birmanie et jugé malpropre à la consommation que les autorités portuaires ont arraisonné le 11 mars dernier dans les eaux ivoiriennes, le ministre Sidi a fait la précision suivante : "A la date du 14 mai 2019, sur 18 000 tonnes de riz avarié saisies au Port d’Abidjan, nous avons 10 708 tonnes qui ont été entièrement détruites. Nous étions à 6 600 tonnes détruites lors de notre dernière situation".
Démarré le 16 avril au centre de valorisation et d’enfouissement technique de Kossihouen, dans le district d’Abidjan, la destruction de ce riz avarié est suivie de près par le gouvernement.

Celui entend protéger ainsi les consommateurs ivoiriens et par ricochets les opérateurs économiques, en empêchant l’intrusion des produits de contrefaçon et prohibés sur le marché national.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Nigeria: 28 morts dans un accident de la route dans le Nord

Algérie: Abdelmadjid Tebboune, ex-Premier Ministre de Bouteflika, élu Président au premier tour du scrutin (officiel)

Le Burkina Faso demande à nouveau à la France l'extradition de François Compaoré

Le RHDP invite la classe politique au respect du verdict de la cour africaine des droits de l’homme et des peuples

La police interdit la vente de pétards à Bouna