Adiaké : Le Ministère de la femme condamne et prend en charge des filles excisées
0
 

Écouter
Adiaké : Le Ministère de la femme condamne et prend en charge des filles excisées

Adiaké : Le Ministère de la femme condamne et prend en charge des filles excisées

Aip | Lu 1657 fois | Publié

L’histoire de 14 jeunes filles excisées à Adiaké dans la région du Sud Comoé est actuellement aux mains de la ministre de la femme, de la famille, et de l’enfant le Pr Bakayoko-Ly Ramata, afin de faire subir aux auteurs et complices la rigueur de la loi.

Sur les 14 filles qui ont subi l’atteinte à leur intégrité physique et à leur dignité de femme, le ministère a pour l’heure pris en charge quatre de ces jeunes filles en attendant de retrouver les autres.

Mutilées depuis le lundi 27 août 2018 à Bondoukou une localité du département d’Adiaké, les dix autres ont suites à cet acte indigne condamné avec la dernière énergie par la ministre, regagnées leurs lieux de résidence situé dans différents campements des environs de Bondoukou. L’exciseuse quant à elle qui serait venu de Samo village distant d’environ 8 km de Bonoua est activement recherchée, elle et ses complices.

Cette opération a pu être menée suite à un appel anonyme.

C’est depuis 1998 que l’interdiction de l’excision a été votée en Côte d’Ivoire. La loi prévoit que toute atteinte à l’intégrité des organes génitaux d’une femme, par voie de mutilation totale ou partielle, excision, désensibilisation ou toute autre pratique, est passible d’une peine d’emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 360 000 FCFA à deux millions de FCFA

Cette loi est fréquemment foulée aux pieds au risque des sanctions prévues par la loi.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Des jeunes formés à la valorisation du dividende démographique

L’Autorité nationale de régulation des marchés publics (ANRMP) lance l’audit des marchés passés au titre de l’année 2018

Des journalistes vont renforcer leurs capacités sur le genre et les droits des femmes

Des infirmiers se forment à la reconnaissance semi-précoce du cancer

Le CHU de Yopougon fermé à compter de novembre (Ministère)