Des éleveurs de Niakara dénoncent l’abattage “illégal” d’une vingtaine de bœufs à Sinkaha
0
 

Écouter
Des éleveurs de Niakara dénoncent l’abattage “illégal” d’une vingtaine de bœufs à Sinkaha

Des éleveurs de Niakara dénoncent l’abattage “illégal” d’une vingtaine de bœufs à Sinkaha

AIP | Lu 1784 fois | Publié

Des éleveurs de bovins opérant à Sinkaha, village à 18 Km à l’Ouest de la ville de Niakara, (Nord, région du Hambol), ont dénoncé, lundi, “l’abattage illégal”, en moins d’un mois, d’un total de 15 bœufs, attribué à des jeunes dudit hameau, quatre autres animaux ayant été blessés par balles, a appris l’AIP auprès des victimes.

Mme Ouattara Minawélé, plus connue sous le pseudonyme “Moussogbê”  (femme de teint clair en Malinké), éleveuse de bovins à Niakara, a souligné avoir saisi, tour à tour, la direction départementale de l’agriculture pour le constat puis, la brigade de gendarmerie d’une plainte relative à la mort de dix de ses bêtes, abattues par balles dans la nuit de mercredi à jeudi, à Sinkaha.

“Il s’agit de personnes, identifiées à Sinkaha, qui agissent au mépris de loi et des intérêts des autres”, a-t-elle indiqué. Mme Ouattara a dit sa détermination à donner une suite juridique à cette affaire qu’elle a qualifiée de “goutte d’eau qui fait déborder le vase”.

Une semaine plus tôt, un autre opérateur, Yacou Sidibé, avait vu cinq de ses  bovins abattus par des jeunes et quatre autres blessés par balles, dans la même localité. Interpellé par la gendarmerie locale, l’un des présumés coupables des faits avait été libéré, quelques temps après, grâce à l’intervention de Mme Ouattara dite Moussogbê, ironie du sort .

“Je m’étais engagée à payer la somme de 3 millions francs CFA à M. Yacou, la victime, et voilà comment l’on me remercie aujourd’hui”, a-t-elle déploré, arguant avoir agi ainsi pour préserver l’harmonie et la paix entre éleveurs et agriculteurs de Sinkaha.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Soro Guillaume, ex-président de l'Assemblée nationale, a annoncé qu'il sera candidat à la présidentielle de 2020.

Madagascar: des blessés lors d'une manifestation contre un projet d'extension de la capitale

Pluies au Ghana: 28 morts et des centaines de maisons effondrées

Burkina : un policier tué dans une attaque dans l'est

Guinée: le parquet requiert 5 ans de prison ferme contre les initiateurs de la contestation