La Côte d’Ivoire et la France vont rendre hommage aux soldats tués dans le bombardement de Bouaké en 2004.
0
 

Écouter
La Côte d’Ivoire et la France vont rendre hommage aux soldats tués dans le bombardement de Bouaké en 2004.

La Côte d’Ivoire et la France vont rendre hommage aux soldats tués dans le bombardement de Bouaké en 2004.

Lacinan Ouattara | Lu 3119 fois | Publié

Alassane Ouattara et Emmanuel Macron côte à côte sur les lieux du camp du bombardement de Bouaké. Ce sera assurément l’une des images fortes de la visite officielle du Président français en Côte d’Ivoire du 20 au 22 décembre 2019.

La Côte d’Ivoire et la France rendront hommage ce dimanche 22 décembre aux neuf soldats français et au soldat américain tués le 6 novembre 2004. Une grande première, quinze ans après le bombardement de Bouaké, au lycée Descartes, où se trouvait le camp français ciblé par l’armée ivoirienne lors de l’opération "Dignité" lancé par  Laurent Gbagbo (2000-2011) contre la rébellion. Un bombardement qui avait refroidi les relations entre les deux pays et entraîné le rapatriement de près de 8000 citoyens français.

Emmanuel Macron sera ainsi le premier président français à se rendre au lycée Descartes, cantonnement militaire français à l’époque, aujourd’hui réhabilité et cédé à l'Etat ivoirien.  Il y déposera une gerbe et dévoilera une plaque en hommage aux soldats tués.

Quinze ans plus tard, les questions que l'on se pose à propos de ce bombardement par l’armée ivoirienne du camp français restent sans réponses véritables. Le procès par contumace d’un pilote biélorusse et de deux copilotes ivoiriens impliqués dans ce raid aérien devrait se tenir à Paris en mars 2020.

Les trois anciens ministres de Jacques Chirac mis en cause, soupçonnés par les magistrats instructeurs de cette affaire d’avoir entravé l’action de la justice, échapperont à toute poursuite. Michèle Alliot-Marie, Dominique de Villepin et Michel Barnier, respectivement ministres de la défense, de l’intérieur et des affaires étrangères en novembre 2004, n’auront pas à répondre de leurs actes devant une juridiction française. C’est la décision rendue le 17 mai dernier par de la commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR), la seule instance habilitée à juger les actes des ministres dans l’exercice de leurs fonctions. 

Les deux Présidents procéderont par la suite à la pose de la pemière pierre du plus grand marché couvert d’Afrique de l’Ouest d''un coût de près de 40 milliards de F CFA financé par la France. Ce sont près de 8.500 commerçants sur près de 9 hectares qui pourront exercer leurs activités. Une infrastructure qui devrait permettre de relancer l'activité économique de Bouaké, ville autrefois symbole de la rébellion et de la division du pays. 

Après ces derniers actes de cette visite en Côte d'Ivoire, Emmanuel Macron s'envolera pour Niamey. Il participera à une autre cérémonie d'hommage en honneur des 71 soldats nigériens ayant récemment été tués dans une attaque djihadiste. Il s'entretiendra avec son homologue nigérien Mahamadou Issoufou pour préparer le sommet de Pau qui doit réunir le 13 janvier les chefs d'Etat sahéliens de la force G5 Sahel.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

L'ex-Président égyptien Hosni Moubarak est décédé

Une tempête de sable et de poussière recouvre la Mauritanie et le Sénégal

Coronavirus en France: "l'épidémie est à nos portes" (ministre français)

L'opposition togolaise appelle à la mobilisation contre la victoire contestée du président sortant Faure Gnassingbé,

la France va apporter 90 millions d'euros pour l'Académie de l'OMS