Une nouvelle clôture pour l’hôpital psychiatrique de Bingerville
0
 

Écouter
Une nouvelle clôture pour l’hôpital psychiatrique de Bingerville

Une nouvelle clôture pour l’hôpital psychiatrique de Bingerville

RTI Info/Rebecca Kouadio (Stagiaire) | Lu 3160 fois | Publié

L’hôpital psychiatrique de Bingerville a une nouvelle clôture pour mieux protéger ses pensionnaires des « attaques » extérieures. L’annonce a été faite par Vincent Toh Bi Irié, Préfet d’Abidjan, via une publication sur sa page Facebook, ce lundi 4 novembre 2019.

Haute de 3.5 mètres, la clôture fait 256 mètres de long. « La solide nouvelle clôture est sortie de terre. Il y’a un peu plus de deux semaines, nous sommes allés constater l’état d’occupation anarchique de l’espace de l’hôpital, l’exposant à tous les dangers et compromettant la sécurité des malades » a indiqué le Préfet d'Abidjan. « Les plus hautes autorités ivoiriennes ont engagé tous les moyens nécessaires pour la sécurité des malades, mais les occupations anarchiques étaient un obstacle », a-t-il précisé.

Vincent Toh Bi Irié avait déjà annoncé depuis le lundi 14 octobre 2019, la construction d’une clôture autour de l’hôpital psychiatrique de Bingerville, parce que des personnes ont colonisé une partie de l’espace de l’établissement sanitaire et s’y sont installées en bâtissant des habitations en dur. Ces personnes ont été déguerpies, leurs habitations détruites.

Rappelons que l’hôpital psychiatrique a été créé en 1957 et a commencé à fonctionner en 1962. En 2018, il a accueilli 630 patients dont 11% sont des jeunes en proie à la drogue.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Nigeria: 28 morts dans un accident de la route dans le Nord

Algérie: Abdelmadjid Tebboune, ex-Premier Ministre de Bouteflika, élu Président au premier tour du scrutin (officiel)

Le Burkina Faso demande à nouveau à la France l'extradition de François Compaoré

Le RHDP invite la classe politique au respect du verdict de la cour africaine des droits de l’homme et des peuples

La police interdit la vente de pétards à Bouna