La démocratie prend racine en Afrique, selon l'ex-président nigérian Obasanjo
0
 

Écouter
La démocratie prend racine en Afrique, selon l'ex-président nigérian Obasanjo

La démocratie prend racine en Afrique, selon l'ex-président nigérian Obasanjo

AFP | Lu 1162 fois | Publié

L'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo a estimé que la démocratie prenait racine en Afrique, tout en appelant les jeunes dirigeants politiques à travailler pour déloger la vieille garde.

"Oui nous faisons" des progrès vers la démocratie, a estimé mercredi soir à Johannesburg M. Obasanjo, qui a dirigé un gouvernement militaire de 1976 à 1979, avant de présider démocratiquement son pays de 1999 à 2007.

"Il y a trente ans, une élection était une aberration en Afrique, aujourd'hui c'est de ne pas avoir d'élection qui est une aberration", a-t-il ajouté à l'AFP, en marge du lancement d'un livre qu'il a co-écrit "La démocratie fonctionne".

"Même ceux qui veulent rester (au pouvoir) organisent des sortes d'élections (...) Ils sont toujours autocrates, mais ils essaient de montrer qu'ils acceptent la compétition via les élections", a-t-il encore dit.

Olusegun Obasanjo, 82 ans, a cependant appelé les jeunes hommes politiques à travailler dur pour évincer les vieux dirigeants au pouvoir depuis des décennies.

"Si les jeunes pensent qu'ils auront le pouvoir servi sur un plateau, ils se trompent", a-t-il prévenu.

L'ancienne présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf (2006-2018), a, elle, estimé que l'Afrique avait fait "un long chemin" en matière de démocratie, mais qu'il restait des progrès à faire notamment pour éviter le "recyclage des mêmes dirigeants".

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

18 personnes interpellées suite aux violents affrontements de Béoumi

Deux cambrioleurs écopent de cinq ans d’emprisonnement à Bouna

Bouna : Un peintre écope de deux mois de prison pour le vol de 5000 FCFA

Deux dealers écopent de cinq années de prison à Séguéla

La restauratrice-dealer condamnée à cinq années d’emprisonnement