Le Nigeria lance son premier registre national des délinquants sexuels
0
 

Écouter
Le Nigeria lance son premier registre national des délinquants sexuels

Le Nigeria lance son premier registre national des délinquants sexuels

AFP | Lu 2159 fois | Publié

Le Nigeria a lancé lundi son premier registre national des délinquants sexuels, créant une base de données sur les personnes reconnues coupables de violences sexuelles, un domaine longtemps négligé par la justice et les pouvoirs publics nigérians.

Ce "Registre des délinquants sexuels" contiendra les noms de toutes les personnes coupables de violences sexuelles depuis 2015 et sera disponible en ligne pour aider le public, les organismes publics et la police à vérifier leurs antécédents et à identifier les récidivistes. 

Les suspects qui n'ont pas été condamnés seront également enregistrés dans un registre accessible uniquement à la police et à la justice, a annoncé l'Agence nationale pour la lutte de la traite des êtres humains du Nigeria (NAPTIP), responsable de ce programme, principalement financé par l'Union européenne. 

"Le registre est un premier pas pour mettre fin aux violences faites aux femmes", a déclaré la ministre des Affaires Humanitaires Sadiya Farouq, qui a salué cette initiative. 

La ministre a déclaré que la crise humanitaire et sécuritaire qui sévissait dans le nord-est du Nigeria, conséquence de l'insurrection jihadiste de Boko Haram, avait notamment entraîné une forte augmentation du nombre de cas d'abus sexuels dans le pays.

Mais le problème est national dans ce pays de 180 millions d'habitants et les associations et les organisations de la société civile dénoncent régulièrement le manque de volonté politique et judiciaire dans ces affaires, qui aboutissent rarement en justice. 

Un groupe initial de quinze ONG locales aura accès aux rapports de la police et devra surveiller les médias à travers le Nigeria pour mettre à jour le registre tous les mois. 

Selon l'Unicef, l'agence des Nations Unies pour l'enfance, une femme nigériane sur quatre est agressée sexuellement avant ses 18 ans et la majorité des cas d'abus sexuel dans ce pays ne font pas l'objet de poursuites. 

À l'heure actuelle, seuls deux des 36 États du Nigeria, Lagos et Ekiti, tiennent des bases de données sur les personnes reconnues coupables d'infractions sexuelles.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Maroc: enquête ouverte après des accusations de viol collectif à Casablanca

Libye: réouverture de l'aéroport à Tripoli malgré les menaces des proHaftar

RDC: sept morts en Ituri où séjourne Michelle Bachelet

Guinée: trois civils tués dans de nouveaux affrontements (nouveau bilan)

Un taux de recouvrement de 95,7 % pour la Direction générale des impôts en 2019