Nigeria: 11 morts dans une attaque-suicide dans le nord-est
0
 

Écouter
Nigeria: 11 morts dans une attaque-suicide dans le nord-est

Nigeria: 11 morts dans une attaque-suicide dans le nord-est

AFP | Lu 2585 fois | Publié

Onze personnes, dont huit réfugiés et trois soldats, ont été tués dans une attaque-suicide perpétrée par des jihadistes, lors d'affrontements dans le nord-est du Nigeria qui ont aussi provoqué l'incendie d'un camp, ont indiqué mercredi des sources sécuritaires.

Un véhicule de l'armée a pris feu lorsqu'une voiture remplie d'explosifs a percuté un convoi routier mardi après-midi, lors de combats avec des insurgés de l'Etat Islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) à Monguno, à 135 kilomètres au nord de la capitale de l'Etat de Borno, Maiduguri.

"Trois soldats sont morts dans l'explosion et huit autres ont été blessés", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire sous couvert d'anonymat.

"Il s'agit d'un attentat-suicide perpétré par un véhicule qui a visé l'un des véhicules militaires lors d'intenses combats", a indiqué une deuxième source sécuritaire.

Des dizaines de combattants de l'ISWAP à bord de pick-ups équipés de mitrailleuses ont assiégé Monguno, lançant plusieurs attaques simultanées.

Des civils voyageant dans des bus sous escorte militaire aux abords de la ville, ont été pris en embuscade à ce moment-là, selon des habitants qui ont assisté à la scène. De nombreux jihadistes ont été tués par des soldats qui ont repoussé l'attaque, selon ces témoins.

Un camp de réfugiés abritant des milliers de personnes a également été touché par une roquette pendant les combats, provoquant un incendie qui a ravagé des centaines de tentes.

"Huit personnes sont mortes et une vingtaine ont été blessées dans l'incendie", a déclaré Kulo Gana, un habitant de Monguno. "L'incendie a détruit plus de 300 tentes", et un millier de familles sont sans abri, a-t-il ajouté.

Des insurgés ont également pris d'assaut les locaux des organisations humanitaires postées dans la région, qui avaient été évacués avant l'attaque, selon des habitants.

Les soldats ont finalement repoussé les attaques et bouclé la ville mercredi, multipliant les patrouilles.

L'ISWAP, une faction issue de Boko Haram, et ce groupe jihadiste, ont déjà attaqué à plusieurs reprises Monguno, près du lac Tchad.

Cette dernière attaque survient quelques jours après le retrait de centaines de soldats tchadiens de la région, qui avaient mené une opération militaire conjointe de neuf mois avec l'armée nigériane contre les jihadistes.

Selon les Nations Unies, le conflit jihadiste qui dure depuis 10 ans dans le nord-est du Nigeria a fait plus de 36.000 morts et deux millions de déplacés. Il s'est propagé au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Vaccin anti-coronavirus: la Chine prévoit des tests sur l'homme en avril

Burkina: les violences déplacent 4.000 personnes par jour en 2020 (ONU)

Football ivoirien : Sidy Diallo, président de la FIF, renonce à un 3è mandat (officiel)

projet filets sociaux productifs : Plus de 1000 ménages démunis reçoivent des portables à Nassian

Pluisieurs femmes sensibilisées sur leurs droits par la cour de justice de la CEDEAO