Présidentielle au Malawi : La Cour constitutionnelle annule la réélection du Président sortant
0
 

Écouter
Présidentielle au Malawi : La Cour constitutionnelle annule la réélection du Président sortant

Présidentielle au Malawi : La Cour constitutionnelle annule la réélection du Président sortant

AFP | Lu 1806 fois | Publié

La Cour constitutionnelle du Malawi a annulé lundi la réélection du président sortant Peter Mutharika en mai 2019, ordonnant l'organisation d'un nouveau scrutin présidentiel dans les cinq mois.

"Nous considérons que" Peter Mutharika "n'a pas été dûment élu le 21 mai 2019. En conséquence, nous annulons les résultats de l'élection présidentielle", a décidé la Cour dans un jugement de 500 pages, ordonnant l'organisation d'un nouveau scrutin présidentiel dans un délai de cinq mois. 

Elle a conclu que des responsables électoraux avaient utilisé du fluide correcteur blanc pour falsifier des votes, ce qui est "injustifiable" et constitue "une irrégularité".

Et, selon elle, un quart seulement des procès-verbaux du vote a été vérifié, "un sérieux manquement qui porte atteinte aux élections".

Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, avait été réélu en 2019 avec 38,57% des suffrages, selon la Commission électorale, devant le principal représentant de l'opposition, Lazarus Chakwera (35,41%). Seulement 159.000 voix les séparaient.

M. Chakwera et Saulos Chilima, arrivé troisième, avaient immédiatement dénoncé des fraudes dont un nombre, à leurs yeux anormalement élevé, de procès-verbaux de dépouillement raturés.

Ils avaient saisi la Cour constitutionnelle pour obtenir l'annulation de la présidentielle. Le camp du vainqueur a nié toute fraude.

Le chef des observateurs de l'Union européenne Mark Stephens avait souligné peu après le scrutin que "beaucoup d'erreurs avaient été commises pendant le décompte".

Le Malawi attendait le jugement, d'autant plus qu'il a connu ces derniers mois de nombreuses manifestations de l'opposition, émaillées de violences avec les forces de sécurité.

Ces dernières étaient mobilisées lundi pour éviter tout dérapage, notamment à proximité de la Cour constitutionnelle à Lilongwe. Un hélicoptère de l'armée a survolé le bâtiment ainsi que le quartier des affaires, et les juges ont été transportés dans un véhicule blindé.

Par crainte d'incidents, des établissements scolaires et des entreprises sont restés fermés.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Un renforcement de sensibilisation contre le coronavirus souhaité à Sikensi

Deux essais cliniques dans le traitement du coronavirus lancés au Burkina Faso (Ministre)

Du matériel de protection contre la COVID-19 pour l’hôpital général de Niakara

Les sénateurs offrent 15 millions FCFA pour la lutte contre la COVID 19

COVID 19: Les populations du Moronou invitées à respecter les mesure prises par le gouvernement