Burkina: l'élection présidentielle fixée au 22 novembre (Officiel)
0
 

Écouter
Burkina: l'élection présidentielle fixée au 22 novembre (Officiel)

Burkina: l'élection présidentielle fixée au 22 novembre (Officiel)

AFP | Lu 5653 fois | Publié

L'élection présidentielle couplée aux législatives se tiendra le 22 novembre au Burkina Faso, pays sahélien confronté à des attaques jihadistes qui ont fait près de 800 morts depuis 2015, a annoncé mercredi le ministre de l'Administration territoriale, Siméon Sawadogo.

"Le Conseil des ministres a adopté deux décrets importants portant fixation des dates des élections présidentielle et législatives", a déclaré le ministre, à l'issue de la réunion hebdomadaire du gouvernement au palais présidentiel.

"La convocation du corps électoral est donc prévue pour le 22 novembre 2020 pour ces élections couplées", a-t-il ajouté.

"Cette date est importante parce la Constitution précise que les élections présidentielles devront avoir lieu au moins 21 jours avant l'expiration du mandat présidentiel ou tout au plus 40 jours" de cette échéance, a-t-il poursuivi.

Le Conseil a retenu cette date en prenant en considération les délais de recours pour "avoir une proclamation définitive des résultats pour qu'enfin le président élu puisse entrer en fonctions dans les délais", a ajouté M. Sawadogo. 

Selon lui, cette "date est très importante pour la clarté et la transparence des élections mais cela rentre aussi en droite ligne avec les conclusions du dialogue politique national qui a voulu qu'on ait des élections couplées et transparentes". 

Cette décision permet "dès à présent à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de travailler pour la confection des listes électorales", a indiqué le ministre. 

Ces listes seront établies pour les élections couplées du 22 novembre 2020, mais aussi pour les municipales qui se dérouleront en 2021, a-t-il souligné.

Candidat à sa propre succession, le président Roch Marc Christian Kaboré devrait être opposé à de nombreux anciens proches de Blaise Compaoré, dont l'ancien Premier ministre Kadré Désiré Ouédraogo et Gilbert Noël Ouédraogo, président de l'ancien principal parti allié du régime Compaoré, renversé en 2014 après 27 ans au pouvoir.

Gilbert Ouédraogo avait tenté de se présenter à la présidentielle de 2015, organisée après un an de transition, mais sa candidature avait été rejetée en vertu d'une loi excluant les proches de Compaoré ayant soutenu la modification de la Constitution qui avait déclenché l'insurrection. 

Tahirou Barry, un ministre démissionnaire du premier gouvernement du président Kaboré, a également annoncé sa candidature à la présidentielle de 2020.

Les violences jihadistes - souvent entremêlées à des confits intercommunautaires - au Mali, au Burkina Faso et au Niger ont fait 4.000 morts dans ces trois pays voisins en 2019, selon les Nations unies. Elles ont également provoqué une grave crise humanitaire avec 600.000 déplacés et réfugiés.

Sous-équipées et mal entraînées, les forces de sécurité burkinabè n'arrivent pas à enrayer la spirale de violences malgré l'aide de militaires étrangers, notamment de la force française Barkhane.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Un renforcement de sensibilisation contre le coronavirus souhaité à Sikensi

Deux essais cliniques dans le traitement du coronavirus lancés au Burkina Faso (Ministre)

Du matériel de protection contre la COVID-19 pour l’hôpital général de Niakara

Les sénateurs offrent 15 millions FCFA pour la lutte contre la COVID 19

COVID 19: Les populations du Moronou invitées à respecter les mesure prises par le gouvernement