Le Président Félix Houphouët-Boigny a cru en l’école et à la formation des jeunes (Alassane Ouattara)
0
 

Écouter
Le Président Félix Houphouët-Boigny a cru en l’école et à la formation des jeunes (Alassane Ouattara)

Le Président Félix Houphouët-Boigny a cru en l’école et à la formation des jeunes (Alassane Ouattara)

Frederic Goré-Bi/RTIinfo | Lu 4992 fois | Publié

Le président de la République, Alassane Ouattara a rendu un vibrant hommage à Félix Houphouët-Boigny, le vendredi 14 février à Paris, lors de l’inauguration de la bibliothèque de l’académie des sciences d’outre-mer qui va désormais porter le nom du bâtisseur et père de la Côte d’Ivoire moderne. ‘’Dès le début, le Président Félix Houphouët-Boigny a cru en l’école et à la formation des jeunes’’, a déclaré le Chef de l’Etat en hommage à son mentor qui a mis un point d’honneur à la formation des élites durant sa carrière politique. Placée sous le thème : « La pensée du Président Félix Houphouët-Boigny et son actualité dans la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui et de demain », cette cérémonie a enregistré la participation de la Secrétaire générale de la Francophonie et de plusieurs autres personnalités du monde académique de l’espace francophone.

"Quand en 1946, fraîchement élu, le député Houphouët-Boigny constate que le cours secondaire d’Abidjan-Plateau, le seul établissement secondaire qui venait d’ouvrir ses portes ne compte que 50 élèves, soit deux par cercle, il comprend que pour rattraper le Sénégal qui comptait deux grands lycées, il fallait des mesures énergiques", a révélé Alassane Ouattara dans son allocution avant d’ajouter que face à ce constat, Félix Houphouët-Boigny, "décide d’envoyer 300 enfants en formation en France, sans attendre l’appui des autorités coloniales".

"Cet axe de la politique économique d’Houphouët-Boigny m’inspire profondément", reconnait le Chef de l’Etat qui pour rester conforme aux enseignements reçus du père fondateur a décidé de poursuivre son l’œuvre de bâtisseur. "Dans le prolongement de son action, nous avons repris et réalisé l’ensemble du plan directeur de la ville d’Abidjan dont l’exécution a été interrompue pendant la décennie 1980, la fameuse décennie dite perdue. Nous avons rendu l’école obligatoire de six à seize ans en Côte d’Ivoire", a-t-il indiqué.

Ainsi selon, le Président de la République, de 2011 à 2019, c’est à dire en en moins de dix (10) ans, son équipe et lui, sont fiers d’avoir construit plus de ponts, plus de routes, plus d’écoles que pendant les 20 années précédant son accession à la magistrature suprême.

"Quand on regarde la cité administrative d’Abidjan-Plateau, que nous venons de rénover, quand on voit le parachèvement de l’autoroute du nord dont les travaux s’étaient arrêtés en 1980, quand on observe l’Hôtel Président à Yamoussoukro, réalisé fin 1970, on ressent un appel vers toujours plus de dignité et de grandeur, car pour lui, en matière d’infrastructures, il faut s’atteler à faire ce qui est beau et peut durer sur des décennies", soutient Alassane Ouattara.

Revenant sur la volonté du premier président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a soutenu que "Le Président Houphouët-Boigny avait une passion du marbre, c’est-à-dire des infrastructures sobres, solides et durables » tout en affirmant « qu’il a mis des sommes d’énergies dans l’aménagement du territoire par une politique des grands travaux dont il suivait personnellement les chantiers".

Continuant sur sa lancée, le Président Alassane Ouattara a proclamé que "Houphouët-Boigny enseigne de voir les choses en grand, d’ouvrir l’horizon et les voies pour les générations futures".

"Les travaux du métro d’Abidjan, du Pont Henri Konan Bédié ou du 4e Pont Yopougon- Plateau, le déplacement effectif de la capitale à Yamoussoukro et j’en passe, s’inscrivent dans cette dynamique. On peut dire que, pour Houphouët-Boigny, développer, c’est de doter le pays d’infrastructures fonctionnelles et d’enclencher ainsi la dynamique du développement",a-t-il annoncé

Après avoir fait le tour d’horizon de la vie de bâtisseur de Félix Houphouët-Boigny, le Président de la République est revenu sur ses débuts en politiques. "Né à Yamoussoukro au Centre de la Côte d’Ivoire, en pays baoulé, politiquement contesté et combattu dans le Sud, c’est à Korhogo dans le Nord, en pays senoufo, qu’il remporte son premier poste électif en tant que député, grâce, notamment, au grand-père de notre actuel Premier Ministre, Amadou Gon Coulibaly, et du Président Ouezzin Coulibaly", a-t-il signalé pour rappeler à tous ceux qui font les replis ethno-politiques une idéologie politique "que Houphouët-Boigny a été d’abord adoubé hors de son terroir".

Mais malgré ces attitudes qui font entorse aux enseignements du père de la Nation, le Chef de l’Etat ne désespère quant à la construction d’une nation ivoirienne. "Chaque jour, je forme le vœu, de repartir entre les Ivoiriens, leurs leaders y compris moi-même, la quintessence de la sagesse et de l’humanisme de Félix Houphouët- Boigny’’, a-t-il signifié.

Pour rappel, l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, qui va abriter la cérémonie d’inauguration de sa bibliothèque Félix Houphouët-Boigny, a été créée par un journaliste du nom de Paul Bourdarie.

Au départ, il était question de mettre en place "une société savante spécialisée dans les problèmes de l’Outre-Mer". Paul Bourdarie en a été le premier Secrétaire perpétuel.

Connue au départ sous l’appellation de l’Académie des Sciences coloniales "avant d’être rebaptisée le 7 juin 1957 "Académie des Sciences d’Outre-Mer", elle est aujourd’hui composée de 100 membres titulaires, 25 membres libres, 50 membres associés et 100 membres correspondants.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Joe Biden demande un allègement des sanctions pour les pays touchés par le Covid-19

Covid 19 : Le commerce de non vivres interdit sur tous les marchés de Yamoussoukro

La fondation chinoise Alibaba apporte une aide en matériel médical pour lutter contre la Covid-19

Coronavirus: testé positif il y a une semaine, Johnson prolonge sa quarantaine

L'Espagne a enregistré plus de 900 morts en 24h pour le deuxième jour consécutif.