Tiassalé : Deux frères écopent de 20 ans de prison pour le vol de l’arme d’un policier
0
 

Écouter
Tiassalé : Deux frères écopent de 20 ans de prison pour le vol de l’arme d’un policier

Tiassalé : Deux frères écopent de 20 ans de prison pour le vol de l’arme d’un policier

AIP | Lu 1766 fois | Publié

Les nommés Esmel Essis Guy Rodolphe, 27 ans, et Gnagne Henri Michel, 30 ans, tous deux cousins, ont été condamnés chacun à 20 ans de prison ferme par le tribunal de Tiassalé en son audience correctionnelle dumercredi 16 octobre 2019, pour vol en réunion, association de malfaiteurs et détention illégale d’arme à feu.

En août, Essis Rodolphe avait été interpellé par la police de Tiassalé pour des faits de vol avec un complice nommé Dadé. Par une ruse, il s’est échappé du violon du commissariat de police en emportant l’arme d’un policier sur lequel il avait ouvert le feu.

Début octobre, il a été de nouveau appréhendé à Tiassalé, au quartier résidentiel, où il avait agressé des femmes sous une pluie battante et au moment où la fourniture de l’électricité était interrompue. Il avait en sa possession un pied de biche, un arrache-clou, une machette et une torche.

A la barre, Essis a reconnu les faits mis à sa charge et a cité ses complices. Avec Henri Michel qui avait en sa possession l’arme du policier, les deux ont été reconnus coupables de vol en réunion, association de malfaiteurs et détention illégale d’arme à feu. Ils devront payer, outre la peine de 20 ans, 500.000 fcfa d’amende chacun. Un troisième, Akouri Essoh Emmanuel, bénéficiant de circonstances atténuantes a été condamné à cinq ans de prison ferme et 200. 000 fcfa d’amende.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le ministère de l’Administration du territoire s'engage à appuyer le processus électoral

Des jeunes de Logoualé sensibilisés sur les conséquences du mariage des enfants

2,4 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire dans le Sahel central (PAM)

Le Burkina Faso au centre d’une crise humanitaire dramatique qui secoue le Sahel central (PAM)

Neuf nouveaux magistrats installés dans leurs fonctions à la Cour d’Appel de Bouaké