Bongouanou : Théophile Ahoua N’Doli invite les jeunes à ne pas tomber dans le piège des rumeurs
0
 

Écouter
Publicite
Bongouanou : Théophile Ahoua N’Doli  invite les jeunes à ne pas tomber dans le piège des rumeurs

Bongouanou : Théophile Ahoua N’Doli invite les jeunes à ne pas tomber dans le piège des rumeurs

Lacinan Ouattara | Lu 5094 fois | Publié

Dans un souci de ramener la paix définitive à Bongouanou, l’Inspecteur Général d’Etat, Théophile Ahoua N’Doli est présent auprès des populations. Il a entamé cette semaine une série de rencontres pour rapprocher toutes les parties prenantes des évènements malheureux qui ont secoués la région du Moronou et particulièrement la ville de Bongouanou.

L’Inspecteur Général d’Etat, Théophile Ahoua N’Doli, a tour à tour de rôle, rencontré les Chefs traditionnels, les jeunes Agni du quartier Agnikro et Habitat, les jeunes, leaders du quartier Dioulakro, puis les Chefs des communautés du quartier Dioulakro.

L’inspecteur général d’Etat a rencontré tour à tour, Chefs de communautés, jeunes et religieux de la ville de Bongouanou. Pendant toutes ses rencontres, Ahoua N’Doli a expliqué qu’il s’implique pour assainir l’atmosphère tendu entre les différentes communautés.

« Dès le début de la crise, je suis resté en contact avec tout le monde afin d’apaiser la tension qui ne faisait que monter, car alimenté par certains hommes politiques qui veulent à tout prix sacrifier leurs parent pour s’assurer de la notoriété.  Depuis que cette crise a commencé et que j’ai appris que des biens du Maire Amalaman Gilbert ont été détruits, nous sommes restés lui et moi constamment en contact. Et cela, pour voir comment limiter les dégâts en ce qui concerne ses biens, mais aussi les propriétés des autres dans la ville de Bongouanou. J’appelais régulièrement préfet, la gendarmerie la police et bien tout ceux qui pouvait calmer les jeunes de tous les bords, afin que la ville soit sauvée et pour que les biens de  Amalaman soient sauvés. J’étais en contact avec un bon nombre de personnes pour savoir là où il faut intervenir pour sauver Bongouanou, car c’est notre bien commun ». indique-t-il.

Lors de sa rencontre avec les Chefs traditionnels de Bongouanou, I’GE a précisé que ces appels à l’apaisement n’étaient ni pour ses proches, ni pour les personnes de son bord politique, mais pour tout Bongouanou.

« Même quand j’ai été informé que le domicile d’Affi N’gessan était incendié, j’ai aussitôt appelé les pompiers, la police pour limiter les dégâts. Dieu merci, la maison a été sauvée. L’incendie s’est limité à un préau et depuis lors, cette maison est surveillée par les forces de l’ordre pour éviter que des gens repartent la bruler. Je n’ai pas cherché à savoir si c’est lui qui a lancé le mot d’ordre avant de faire des démarches pour sauver ses biens.  Je ferai pareil pour tous ceux qui seront exposé à ces genres de violences qu’importe le parti politique auquel ils appartiendraient. Il faut mettre balle à terre pour construire Bongouanou et le Moronou », avant d’ajouter que « c’est pour cela j’ai tenu à rencontre tout le monde pour apaiser les cœurs ».

Théophile Ahoua N’Doli  a conseillé aux Chefs de sensibiliser la jeunesse afin qu’elle comprenne que ce n’est pas par la violence et les points de vue radicaux que les problèmes seront résolus.

Il a pour finir insisté sur une réalité, « le Moronou a besoin de paix pour son développement ».

C’est ce même langage que l’Inspecteur Général d’Etat a tenu aux Chefs des communautés de Dioulakro, lors d’une visite le lundi 26 octobre. Ahoua N’doli leur a exprimé sa compassion et demandé au Chefs d’exhorter leurs enfants à ne pas tomber dans le piège des rumeurs qui poussent intentionnellement à la violence.

Il a insisté sur l’importance  d’éviter de se faire justice, en ayant confiance aux des juridictions existant dans le pays pour leur faire droit. Dans sa série de rencontre, l’IGE a rencontré les jeunes d’Agrikro combiné à ceux du quartier de l’Habitat, puis des leaders de jeunes de Dioulakro. Etaient aussi présent à la rencontre des jeunes du quartier dioulakro, les parents des victimes qui ne sont pas encore retrouvées, des victimes qui ont été enlevées. A tous ces groupes de jeunes, l’IGE a prodigué les mêmes conseils ; l’apaisement et la force de ne pas céder aux rumeurs.

Les jeunes ont en retour promis mettre en pratique tous les conseils donnés par leurs ainés et promettent désormais faire attention à tous ce qui se dit. Pour ceux qui n’ont à ce jour pas encore retrouvé leurs parents, ils ont confié la démarche à l’IGE dans l’espoir de revoir leurs frères.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Les Comités de soutien à l’allaitement de la Marahoué bénéficient d’une formation sur l’impact socio-économique de la COVID-19

Covid-19 : Un rapport présente les capitaux privés et les fonds en capital-risque comme des opportunités d’investissement (communiqué)

La Coalition des entreprises équipe ses membres pour des tests du VIH/Sida et d’hépatite B

Les prix de l’essence et du gasoil inchangés pour le mois de décembre 2020

Une coopérative agricole fait don de matériels médicaux à l’hôpital général de Bonon

Publicite
Publicite