Mankono (Yérétiélé) : Une maladie non identifiée crée la psychose. Le ministère de la Santé appelle à la sérénité.
0
 

Écouter
Mankono (Yérétiélé) : Une maladie non identifiée crée la psychose. Le ministère de la Santé appelle à la sérénité.

Mankono (Yérétiélé) : Une maladie non identifiée crée la psychose. Le ministère de la Santé appelle à la sérénité.

Boris Odilon BLE/RTI Info | Lu 2901 fois | Publié Il y a 29 jour(s)

Dans la période de juillet à août 2019, 28 cas de décès ont été enregistrés à Yérétiélé, localité appartenant au département de Mankono dans la région du Béré (Nord), créant une psychose au sein des populations. Dans un communiqué dont nous avons reçu copie ce jour, le ministère de la santé après des investigations, promet apporter une riposte appropriée à cette maladie non identifiée.

Les premières informations sur la maladie obtenues examination des patients posent le diagnostic suivant : œdèmes au niveau du visage et des membres inférieurs, constipation, douleurs thoraciques (douleurs au niveau de la poitrine), ballonnements abdominaux, fatigue générale et vomissements.

Sur la base de ce diagnostic, les investigations menées par la Direction Départementale de la Santé de Mankono, ont permis de faire ressortir 9 cas de décès présentant le tableau clinique de cette maladie non encore identifiée. En outre, la mobilisation des équipes médicales de recherche au sein de la communauté a permis d’identifier quatre (4) personnes présentant depuis deux à trois semaines les signes de cette maladie.

Cependant, le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique tient à porter à la connaissance de la population ivoirienne que « depuis juillet 2019 aucun autre cas de décès n’a été notifié ».

Par conséquent, le ministère de la Santé invite les populations de Yérétièlé au calme et à la sérénité. Il demande à toute personne présentant l’un des signes sus-cités de se rendre immédiatement dans le centre de santé le plus proche et de ne point pratiquer l’automédication.

Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique tient à rassurer les populations qu’une équipe de l’Institut National de l’Hygiène Publique (INHP) en plus des cliniciens et de laborantins, est mobilisée pour identifier cette maladie afin d’y apporter une réponse appropriée.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également