Libye: Macron et Sissi appellent à la plus grande retenue face aux risques "d'escalade militaire"
0
 

Écouter
Libye: Macron et Sissi appellent à la plus grande retenue face aux risques

Libye: Macron et Sissi appellent à la plus grande retenue face aux risques "d'escalade militaire"

AFP | Lu 1335 fois | Publié

Les présidents français Emmanuel Macron et égyptien Abdel Fattah al-Sissi ont évoqué par téléphone "les risques d'une escalade militaire" en Libye, appelant "l'ensemble des acteurs internationaux et libyens à la plus grande retenue", a annoncé lundi la présidence française.

"Ils ont exprimé leur volonté qu’un accord politique soit trouvé dans le cadre des Nations unies (...) afin de restaurer l’unité et la pleine souveraineté de la Libye", a ajouté l'Élysée.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a ouvert jeudi la voie à une intervention militaire directe de son pays en Libye, en annonçant un prochain vote au Parlement sur l'envoi de troupes pour soutenir le gouvernement de Tripoli face à l'homme fort de l'Est libyen Khalifa Haftar.

MM. Macron et Sissi "sont convenus d’agir en étroite coordination dans la perspective de la conférence de Berlin et pour faciliter une relance décisive des négociations inter-libyennes".

Les deux chefs d'État ont évoqué en outre la situation en Méditerranée orientale et "estimé que le protocole d’accord conclu entre la Turquie et la Libye sur la délimitation de leurs juridictions maritimes était contraire au droit de la mer" et "sont convenus de rester en étroit contact à ce sujet".

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le sous-préfet de Nassian en tournée de mobilisation des population pour leur ralliement au Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH

Vers la création d’un fonds panafricain du tourisme

Les élus du Tchologo appelés à privilégier la cohésion autour des questions de développement

Le cancer du sein ne doit plus être un drame (Prof Didi Coulibaly)

Nouveau coronavirus: premiers cas au Koweït et à Bahreïn (officiel)