France: 14e jour de grève contre la réforme des retraites
0
 

Écouter
France: 14e jour de grève contre la réforme des retraites

France: 14e jour de grève contre la réforme des retraites

AFP | Lu 1717 fois | Publié

Au lendemain d'une troisième journée de manifestation en France contre la réforme des retraites et à trois jours des vacances de Noël, le Premier ministre reçoit à nouveau les syndicats mercredi pour tenter de régler la crise, qui menace de déborder sur les fêtes de fin d'année.

Ils étaient tous dans la rue mardi, ils seront tous autour d'Edouard Philippe mercredi après-midi: les leaders syndicaux et patronaux ont rendez-vous, chacun leur tour, avec le Premier ministre pour des entretiens qui se succèderont au pas de charge.

Le plus attendu de tous, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT - premier syndicat français, considéré comme "réformiste" - arrivera en fin d'après-midi. Il devrait redire à M. Philippe son opposition à "l'âge d'équilibre" de départ à la retraite que le gouvernement veut fixer à 64 ans contre 62 ans actuellement, avec un "bonus-malus" censé inciter chacun à travailler plus longtemps. "Pour la CFDT c'est clair : nous (n'en) voulons pas", a rappelé M. Berger.

Les syndicats français auront également un nouveau "M. Retraites" en face d'eux: nommé mardi soir, Laurent Pietraszewski, député macroniste, remplace le haut-commissaire aux retraites démissionnaire Jean-Paul Delevoye, décrédibilisé par des soupçons de conflit d'intérêts.

Le temps presse. La grève se poursuit dans les transports en commun et se déplacer restait un défi mercredi matin, en particulier en région parisienne. Huit lignes de métro restaient fermées à Paris et seul un train sur trois ou quatre circulait dans l'ensemble du pays.

Si une majorité de Français soutient le mouvement selon les sondages, de nombreux usagers des transports publics laissent paraître leur lassitude. 

"Depuis le premier jour de grève, le 5 décembre, je pars vers 04H00 du matin pour éviter les embouteillages et le soir j'arrive à la maison vers 21H30. Je commence à être fatigué", confie à l'AFP François. Confronté à la suppression de la plupart des trains sur sa ligne, cet enseignant qui vit à Marseille (sud-est) doit prendre sa voiture pour rejoindre son travail à Nîmes, à 120 km.

- Compromis -

La journée de mobilisation de mardi a été "un franc succès", a estimé le leader Philippe Martinez, leader du syndicat CGT, en tête de la contestation. Les manifestants étaient 615.000 à travers le pays selon les autorités, la CGT avançant pour sa part le chiffre de 1,8 million.

Les opposants à la réforme se disent toujours aussi décidés à faire plier le gouvernement. Dans la soirée de mardi, ils ont décidé de poursuivre leur mouvement, refusant toute "trêve" de Noël souhaitée par l'exécutif et par Laurent Berger, seul soutien de poids au principe d'un "système universel" voulu par M. Macron.

Si le Premier ministre a répété mardi sa "détermination totale" à mener à bien la réforme promise par le président Emmanuel Macron et à créer le "système universel" de retraite par points censé remplacer les 42 régimes existants, plusieurs membres du gouvernement ont donné des signes d'ouverture. 

"Evidemment nous sommes ouverts à bâtir un compromis", a dit la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. 

Le système de retraite est un sujet éminemment sensible en France, la population restant attachée à un système par répartition jusqu'à présent réputé comme étant parmi les plus protecteurs au monde. 

Les détracteurs du projet comptent sur la relative impopularité du président Macron pour sortir victorieux du conflit et sur le contexte très tendu depuis la mobilisation depuis plus d'un an du mouvement social des "gilets jaunes", mais aussi sur les mécontentements exacerbés dans les hôpitaux, parmi les étudiants, les policiers, les agriculteurs.

Le Premier ministre a déjà prévu de revoir les partenaires sociaux "ensemble" lors d'une réunion "multilatérale" jeudi après-midi.

Le renoncement à "l'âge d'équilibre" serait un geste fort envers la CFDT, allié potentiel "qui commence à être doublé par une partie de sa base", observe une députée de la majorité présidentielle, convaincue que "si la CGT reste la seule à bloquer, ça va, on passe".

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Présidentielle au Togo: "Je ne me sens pas l'âme d'un dictateur" indique Faure Gnassingbé

Soudan du Sud: Salva Kiir et Riek Machar se sont mis d'accord pour former un gouvernement d'union nationale

La seconde phase de déguerpissement des populations des alentours de l’aéroport d’Abidjan est prévue en mars 2020 (Gouvernement)

Le procureur de la République saisi par le gouvernement pour des propos insurrectionnels tenus à un meeting à Paris

Plus de 50 hectares d’hévéa ont été ravagés par des flammes à Bocanda