Venezuela: Maduro "n'hésitera pas" à punir les "traîtres" pour le soulèvement raté
0
 

Écouter
Venezuela: Maduro

Venezuela: Maduro "n'hésitera pas" à punir les "traîtres" pour le soulèvement raté

AFP | Lu 1733 fois | Publié

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a averti mercredi qu'il n'aurait "aucune hésitation" à l'heure d'incarcérer et de faire juger les "traîtres" responsables, selon lui, du soulèvement militaire manqué auquel a appelé l'opposant Juan Guaido mardi matin.

"Je n'aurai aucune hésitation, lorsque la justice l'ordonnera, à mettre derrière les barreaux les responsables de ce coup d'Etat criminel", a déclaré le chef d'Etat vénézuélien à plusieurs milliers de partisans dans un discours prononcé devant le palais présidentiel de Miraflores à l'occasion de la Fête du travail.

Mardi matin à l'aube, le chef de file de l'opposition Juan Guaido, qu'une cinquantaine de pays reconnaissent comme président par intérim, est apparu dans une vidéo flanqué de plusieurs soldats dont il a affirmé qu'ils étaient entrés en rébellion pour le rejoindre. A ses côtés aussi, l'opposant Leopoldo Lopez, libéré de sa résidence surveillée par des militaires soutenant Juan Guaido.

L'appel au soulèvement militaire de l'opposant a déclenché d'immenses manifestations de soutien, notamment à Caracas, où des heurts ont eu lieu avec les forces de l'ordre. Mais mardi dans la soirée, Nicolas Maduro a affirmé avoir mis en échec cette "escarmouche putschiste".

"Hier (mardi), une poignée de traîtres happés par la droite putschiste a voulu s'imposer (...). Ils ont fui d'ambassade en ambassade, la justice les recherche et bientôt ils iront en prison pour payer leur trahison et leurs délits", a affirmé le chef de l'Etat.

Alors que le soulèvement se dégonflait, Leopoldo Lopez a trouvé refuge à l'ambassade espagnole, tandis que 27 soldats vénézuéliens ont demandé l'asile à la légation brésilienne de Caracas.

Nicolas Maduro a également affirmé que ce "soi-disant coup d'Etat" a été orchestré "depuis la Maison blanche" par John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

"Dans les prochains jours, je montrerai qui a conspiré et j'apporterai des preuves de la façon dont ils ont conspiré pour que le peuple sache qui sont les traîtres et que la justice fasse son travail", a-t-il dit.

"Ni les balles, ni les fusils ne vont permettre à un président fantoche de gouverner depuis Miraflores", a conclu le président vénézuélien, dans une référence implicite à Juan Guaido dont des milliers de partisans ont de nouveau manifesté dans tout le Venezuela mercredi.  

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Mali: six morts dans une attaque contre des groupes progouvernementaux

Macédoine du Nord: le Premier ministre demande des élections anticipées après la rebuffade de l'UE

Soro Guillaume, ex-président de l'Assemblée nationale, a annoncé qu'il sera candidat à la présidentielle de 2020.

Madagascar: des blessés lors d'une manifestation contre un projet d'extension de la capitale

Pluies au Ghana: 28 morts et des centaines de maisons effondrées