Centrafrique: signature de l'accord de paix prévue mardi
0
 

Écouter
Centrafrique: signature de l'accord de paix prévue mardi

Centrafrique: signature de l'accord de paix prévue mardi

AFP | Lu 1154 fois | Publié

L'accord de paix conclu samedi par le gouvernement de Centrafrique et les groupes armés qui contrôlent la majorité du territoire, sera signé mardi, a annoncé dimanche le gouvernement soudanais.

Aucun détail sur le contenu de l'accord obtenu n'a été encore diffusé.

"La signature de l'accord de paix centrafricain aura lieu mardi 5 février", a indiqué dans un message aux journalistes le porte-parole du ministère soudanais des Affaires étrangères, Babikir al-Siddiq. Le président centrafricain Faustin Archange Touadéra "y participera", a-t-il ajouté.

Il n'a pas précisé où aurait lieu la signature, à Khartoum ou Bangui, mais le gouvernement et la présidence de Centrafrique avaient auparavant indiqué qu'elle aurait lieu à Bangui "dans les prochains jours".

Une cérémonie prévue dimanche à Khartoum pour parapher l'accord avant la signature proprement dite a été annulée, selon les autorités soudanaises.

L'accord obtenu samedi et annoncé en début d'après-midi par le gouvernement centrafricain, devait encore être "affiné", selon Smaïl Chergui, commissaire à la Paix et à la sécurité de l'Union africaine (UA) qui a supervisé les négociations.

Samedi soir, M. Chergui annonçait dans un tweet que l'accord avait été "finalisé (..) permettant au peuple centrafricain de s'inscrire sur la voie de la réconciliation, la concorde et le développement".

Un des porte-paroles des groupes armés, Igor Lamaka, avait lui aussi affirmé samedi soir qu'un "compromis" venait d'être trouvé, "au nom de l'unité, de la concorde et de la réconciliation nationale, c'est la paix qui a gagné".

Les négociations de Khartoum, lancées le 25 janvier à l'initiative de l'UA et de l'ONU, ont rassemblé les principaux chefs des groupes armés et une importante délégation gouvernementale.

D'importants points de désaccord, en particulier sur la question de l'amnistie des responsables de crimes et d'exactions, avaient entraîné jeudi une suspension des négociations.

En Centrafrique, pays de 4,5 millions d'habitants en guerre depuis 2013, pas moins de sept accords de paix ont été signés en cinq ans, sans qu'aucun n'aboutisse au retour de la stabilité.

La Centrafrique, ancienne colonie française classée parmi les pays les plus pauvres au monde, est cependant riche en diamants, or et uranium. Les groupes armés, qui contrôlent de 70% à 80% du territoire, s'y affrontent pour le contrôle de ces richesses.

Ils s'opposent régulièrement aux quelque 12.000 soldats et policiers de la Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca) qui tente en vain d'empêcher les violences.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une marche sportive pour renforcer la cohésion entre les responsables des services de Bouaflé

Les anciens de l’Orchestre de l’Université d’Abidjan veulent servir de modèle à la nouvelle génération d’étudiants

1000 enfants orphelins de Katiola reçoivent des dons du Lion club de Côte d’Ivoire

Une manifestation publique des producteurs d’anacarde désamorcée à Niakara

Le centre de santé urbain de Yezimala (25 km de Bondoukou) a désormais une ambulance