Paludisme : Le continent africain concentre plus de 90 % des malades
0
 

Écouter
Paludisme : Le continent africain concentre plus de 90 % des malades

Paludisme : Le continent africain concentre plus de 90 % des malades

Boris Odilon BLE/RTI Info | Lu 1543 fois | Publié

Paris, capitale de la France, accueillera le 25 avril 2019, la célébration officielle de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. Le thème retenu pour la Journée 2019, « Zéro Palu ! Je m’engage », vise à redynamiser le mouvement général vers un monde sans paludisme. Si les progrès de la médecine permettent de lutter efficacement contre la maladie, il n’en demeure pas moins que le nombre de cas de paludisme a augmenté en 2017 pour atteindre 219 millions de personnes. Une première depuis 10 ans.

Le paludisme est une maladie « évitable et curable » qui continue de tuer un enfant toutes les deux minutes et menace la moitié de la population mondiale. Dans le cadre de la lutte contre cette maladie, une plateforme dénommée « Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme » coordonne des actions en faveur d’un monde sans paludisme. Regroupant plus de 500 partenaires, parmi lesquels des groupes de professionnels de santé communautaires et de chercheurs, des organisations non gouvernementales, des fondations et des institutions du monde universitaire et de la recherche, le Partenariat RBM œuvre pour la mise au point de nouveaux outils pour mettre fin au paludisme.

A l’occasion du 25 avril, la France rappelle son plein engagement dans la lutte contre cette maladie, à travers ses financements multilatéraux comme à travers ses opérateurs, sa société civile et ses instituts de recherche. « Nous apporterons cette année un appui politique et technique spécifique, via l’Initiative Présidentielle pour la Santé en Afrique, à des pays d’Afrique engagés à augmenter leur investissement dans le domaine de la santé » a dit le Professeur Agnès Buzyn, ministre française des Solidarités et de la Santé. L’objectif ce cet engagement étant de mettre fin au paludisme d’ici 2030.

« Nous exprimons notre gratitude à la France et à la ville de Paris pour leur soutien à l'organisation de ces événements importants pour la Journée mondiale de lutte contre le paludisme » a indiqué Dr. Winnie Mpanju-Shumbusho, présidente du Conseil d’administration du Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme.

En effet, au cours des dernières décennies, la France s’est imposée comme un acteur majeur de la santé mondiale. Elle s’est distinguée par ses engagements conséquents et répétés dans la lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme notamment à travers le Fonds mondial pour lequel elle est le deuxième donateur, mais également en tant que premier bailleur d’Unitaid, engagé à rendre accessibles des solutions novatrices pour mieux prévenir, traiter et diagnostiquer le paludisme.

Le paludisme est l’une des maladies les plus anciennes et les plus mortelles de toute l’histoire de l’humanité. Depuis leur création, le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme et le Fonds mondial ont joué un rôle déterminant dans les efforts mondiaux qui ont contribué à réduire de plus de 60 % les décès dus au paludisme et à sauver environ 7 millions de vies. Le continent africain concentre plus de 90 % de des cas de paludisme et 7 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre sont parmi les plus touchés. Cinq des dix pays africains les plus impaludés en Afrique sont des pays francophones : le Burkina Faso, le Cameroun, le Mali, le Niger et la République Démocratique du Congo.

« Les pertes humaines dues au paludisme sont inacceptables. Avec nos partenaires, au premier rang desquels la France, nous devons placer la barre plus haut pour accélérer l’innovation, intensifier nos efforts pour reprendre le chemin vers la fin des épidémies et protéger des millions de familles » soutient Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

La Journée mondiale de lutte contre le paludisme offre aux populations du monde entier la possibilité d'intensifier la lutte contre la maladie à un moment où le nombre de cas de paludisme dans le monde augmente et où le financement a été réduit à néant.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Les acteurs des examens à grand tirage de Sinfra formés sur les dispositions pratiques de la session 2019

La chefferie traditionnelle d’Odienné appelle Guillaume Soro à faire la paix avec le Président Ouattara

Les effectifs en hausse dans les Centres de protection de la petite enfance (Ministère)

Plus de 300 mamans honorées par le conseil régional de l’Indénié-Djuablin

La jeunesse de Dabakala appelée à soutenir les efforts de développement du président Ouattara