Effondrement d'immeubles illégaux à Rio: le bilan monte à 22 morts
0
 

Écouter
Effondrement d'immeubles illégaux à Rio: le bilan monte à 22 morts

Effondrement d'immeubles illégaux à Rio: le bilan monte à 22 morts

AFP | Lu 1894 fois | Publié

Les pompiers de Rio de Janeiro ont annoncé samedi avoir trouvé deux nouveaux corps dans les décombres de constructions illégales qui se sont effondrées le 12 avril dernier à Rio, ce qui porte à 22 morts le bilan de cette catastrophe.

Une personne reste portée disparue, a précisé un porte-parole des pompiers de Rio. L'effondrement a également fait une dizaine de blessés dont trois étaient encore hospitalisés samedi.

Le drame a eu lieu le 12 avril à Muzema, quartier populaire de l'ouest de Rio contrôlé par des milices para-policières, où de nombreux bâtiments ont été construits illégalement, sans aucun respect des normes de sécurité. Les deux immeubles contigus qui se sont effondrés étaient construits sur le flanc d'une colline rocheuse.

Vendredi, la justice brésilienne a lancé des mandats d'arrêt pour homicides et escroquerie contre trois suspects, dont l'un est accusé d'avoir construit les immeubles et les deux autres de les avoir vendus.

De nombreux quartiers pauvres de l'ouest de Rio sont contrôlés par des milices armées qui, en l'absence de services de l'Etat, vivent de la vente et de la location illégale d'immeubles et de la fourniture clandestine de services tels que l'électricité ou les transports.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Un agent d’encadrement pénitentiaire prend 12 mois de prison pour consommation de drogue à la prison de Bouna

Plus de 170 milliards FCFA passés au titre des marchés publics au premier trimestre 2019 (Gouvernement)

La Côte d’Ivoire est prête à accueillir la 45ème session de l’Assemblée parlementaire francophone (Comité d'organisation)

Des acteurs de la société civile de Bouaké formés pour leur contribution à la police de proximité

Les membres du gouvernement reçoivent leur carte de couverture maladie universelle (CMU)