Minignan : Une mère fait fouetter à mort sa fille de 13 ans
0
 

Écouter
Minignan : Une mère fait fouetter à mort sa fille de 13 ans

Minignan : Une mère fait fouetter à mort sa fille de 13 ans

AIP | Lu 1362 fois | Publié

Une jeune mère de 30 ans, ressortissante de Minignan où elle réside également, vit le double drame d’avoir perdu sa fille de 13 ans qu’elle a fait fouetter à mort et d’encourir en même temps une peine de 20 années d’emprisonnement.

Mue par la volonté de remettre sa jeune adolescente, entrée en rébellion, sur le droit chemin, elle a instruit de lui administrer une punition corporelle, après une fugue. L’affaire remonte au 12 août, au lendemain de la fête de la Tabaski.

La jeune fille, dans le tumulte des célébrations, n’a pas daigné gagner le domicile familial, de toute la nuit. Sa mère, au lever du jour, met aussitôt à ses trousses deux jeunes garçons, l’un de 15 ans et l’autre de 19 ans.

L’instruction était de débusquer la jeune rebelle et de lui administrer la leçon de sa  vie. D’autant qu’elle était devenue coutumière des faits. Les deux limiers de circonstance ont du succès. Ils la dénichent et la traînent devant la face de sa mère. C’est ainsi en sa présence qu’ils vont exécuter la seconde phase de leur mission. Armés de courroie  de moto, ils vont s’acharner sur le frêle corps de l’adolescente, la laissant pour morte. Elle ne se relèvera plus.

Les deux bourreaux et la commanditaire ont été déférés, lundi, devant le parquet d’Odiénné qui a ouvert contre eux une information pour coups mortels. Tombant sous le coup de l’article 381 du code pénal, en son alinéa 1er, ils encourent entre cinq et 20 ans de prison.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

RDC : Le Président Tshisekedi prévoit une éradication du virus Ebola d’ici à la fin de l’année.

Amnesty International plaide pour la réhabilitation de la prison de Katiola

Lancement officiel de planting d'arbres ce vendredi sur le territoire national

Le Gouvernement guinéen rejette un rapport d’Amnesty international

Afrique du Sud: un archevêque attaqué dans une église accueillant des étrangers