Kouadio Yao (COMNAT-ALPC) prône la cohésion sociale et le développement dans la sous-préfecture de Diabo.
0
 

Écouter
Kouadio Yao (COMNAT-ALPC) prône la cohésion sociale et le développement dans la sous-préfecture de Diabo.

Kouadio Yao (COMNAT-ALPC) prône la cohésion sociale et le développement dans la sous-préfecture de Diabo.

Frederic Goré-Bi / RTIinfo | Lu 1448 fois | Publié

Kouadio Yao, Préfet hors grade et Président de la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petits calibres (COMNAT-ALPC) a eu une rencontre avec l’union des chefs du village de Diabo, le samedi 14 septembre 2019, à l’initiative du bureau des têtes couronnées du canton Gbloh. Ce tête-à-tête qui s’est tenu à Soussoubo, l’un des villages de cette sous-préfecture de la région du Gbêkê, a porté sur la paix, la cohésion sociale et le développement de Diabo.

A cette rencontre, le bureau de l’union des chefs, a demandé à Kouadio Yao de leur venir en aide et de s’impliquer pour le rassemblement des fils et filles, afin que Diabo puisse sortir de sa léthargie.

"Les chefs de village sont venus me rendre visite. Ils ont profité de l’occasion pour m’indiquer qu’il faudrait que nous travaillons désormais, la main dans la main, pour le développement de la sous-préfecture de Diabo. Evidemment, j’ai répondu de façon très favorable, et ensemble nous avons exploré les pistes, qui pourront nous permettre donc d’aller dans ce sens", a fait savoir le patron de la COMNAT-ALP, qui a ensuite ajouté "nous espérons qu’à partir de cet entretien, tout pourrait changer en tout cas, en ce qui concerne la sous-préfecture de Diabo qui doit faire de la paix et de la cohésion sociale, son cheval de bataille pour espérer gagner la bataille du développement".

En effet, d’une superficie de 143 km2 et située à 15 kilomètres de Bouaké, capitale de la région du Gbêkê, Diabo est à la fois une commune et un chef-lieu de Sous-préfecture dans le département de Brobo. Erigée en circonscription administrative en 1961 et consacrée commune de plein exercice par la loi n° 85-1085 du 17 octobre 1985, Diabo baigne dans une sorte de léthargie qui ne favorise pas son décollage économique et social au même titre ses villes voisines.

Une situation qui a fait dire à Nanan Konan Joseph, conseiller de l’union des chefs de Diabo que cette cité ne respire pas la santé qu’on aurait souhaitée, alors qu’il regorge des cadres de valeurs. "Pourquoi une sous-préfecture comme celle Diabo qui a plus de 50 ans d’existence ne décolle-t-elle pas ?", s’est-il interrogé. "Nous voudrions que notre fils, notre frère, notre enfant, l’un de nos grands cadres, le gouverneur Kouamé Yao se lève pour nous aider à sortir Diabo de sa léthargie parce qu’il croupit dans les décombres et c’est inadmissible", a plaidé Konan Joseph.

Quant à Nanan Kouamé Yobouet, Président de l’union des chefs de Diabo, il a indiqué que la démarche ces chefs consiste à rechercher des cadres capables de les aider. "Les Gbloh ont souffert, alors nous recherchons de l’aide », a-t-il affirmé avant de préciser « nous ne sommes pas venus pour faire de la politique. Mais nous sommes venus pour que Kouadio Yao nous aide".

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

A Dakar, Sénégal et France s'accordent pour lutter contre l'immigration irrégulière

Cécila Trokpossou, 23 ans, vainqueur de Miss Nappy 2019

Washington et Séoul reportent leurs manoeuvres aériennes en "signe de bonne volonté" (Esper)

Burkina: 32 "terroristes neutralisés" lors de deux opérations (communiqué armée)

Nette amélioration dans la conservation des ressources naturelles des parcs nationaux d’Azagny et îles éhotilé (OIPR)