Lutte contre le travail des enfants : Le Bureau International du Travail renforce les capacités des experts sur l’analyse des données statistiques
0
 

Écouter
Lutte contre le travail des enfants : Le Bureau International du Travail renforce les capacités des experts sur l’analyse des données statistiques

Lutte contre le travail des enfants : Le Bureau International du Travail renforce les capacités des experts sur l’analyse des données statistiques

RTI Info/Ange Yao (Stagiaire) | Lu 4411 fois | Publié

Dans le cadre du projet dénommé « Accélérer l’action pour l’élimination du travail des enfants dans les chaines d’approvisionnement en Afrique », le Bureau International du Travail (BIT) organise du 27 au 31 janvier 2020 à Abidjan un atelier de formation sur l’analyse des données statistiques relatives au travail des enfants et le travail forcé. Prennent part à cet atelier, des représentants des instituts nationaux des statistiques et des syndicats des travailleurs et employeurs issus de 12 pays d’Afrique francophone.

L’objectif de cet atelier de formation est de renforcer les capacités de ces participants sur une meilleure lecture des données afin de permettre aux dirigeants africains d’établir des politiques publiques pour lutter efficacement contre le travail des enfants et le travail forcé.

Lors de la cérémonie d’ouverture, Sophie De Coninck, Directrice pays par intérim du Bureau International du Travail a fait savoir que près de 80% des enfants en Afrique travaillent dans le secteur agricole, des travaux qui selon elle, sont non rémunérés et informels. Pour Sophie De Coninck, cette formation vient donner des rudiments aux parties prenantes afin de mieux maitriser la situation actuelle de ce phénomène dans les pays concernés.

« Cette formation sur l’analyse des données doit être la base pour la formulation des plans d’actions nationaux que les pays mettent en œuvrent pour l’élimination du travail des enfants (…) La Côte d’Ivoire a adopté un programme de lutte sur la période 2020-2025 qui prend en compte des statistiques et des enquêtes menées par l’Unicef, ce qui a permis au pays de déterminer les zones les plus touchées par ce phénomène » a-t-elle indiqué.

Pour Edouard Ladouyou, représentant du Patronat ivoirien, « des efforts ont été faits par le Gouvernement ivoirien et le secteur privé en investissant dans les services sociaux de bases notamment l’accès à l’éducation et à la santé, mais beaucoup reste à faire pour réduire de manière significative le phénomène du travail des enfants en Côte d’Ivoire ». Il a réaffirmé l’intérêt de cet atelier de renforcement des capacités des statisticiens et experts sur l’analyse des données. Ce qui leur permettra non seulement d’établir des programmes de lutte adaptés aux réalités du travail des enfants dans le pays, mais aussi de maitriser les flux migratoires vu l’extension de ce phénomène dans les pays voisins.

Adjele Mensah, coordonnatrice du programme des jeunes de l’Organisation régionale africaine de la confédération syndicale internationale des travailleurs a salué la tenue de cette formation, vu l’ampleur que prend le phénomène du travail des enfants sur le continent. Elle a déploré la passivité des dirigeants dans la lutte contre le travail des enfants ces dernières années. Adjele Mensah appelle par ailleurs les politiques, la société civile et la communauté internationale à « plus d’engagement pour l’élimination du travail des enfants ». « Selon des récentes études, la plupart des enfants qui travaillent sont des jeunes filles » a-t-elle révélé avant de faire des recommandations visant à combattre le travail des enfants notamment le financement de l’éducation des enfants. « Si les enfants sont bien éduqués, ils ne pourront pas s’engager dans des travaux qui pour la plupart sont dangereux pour leur santé physique et mental » a-t-elle conclu.

Cet atelier de formation est l’un des projets du Bureau International du Travail (BIT) financé par le Gouvernement du Pays-Bas visant à éliminer le travail des enfants dans six (6) pays africains que sont la Côte d’Ivoire, le Mali, le Nigéria, l’Egypte, le Malawi et l’Ouganda.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Distribution de savon pour lutter contre le coronavirus à Aboisso

Covid 19: Une Ong offre des kits de lavage des mains à Man

Les Autorités de Daloa veillent au respect du couvre-feu et des mesures sanitaires prises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus

Le préfet contrôle l’application des mesures sanitaires contre le COVID-19 dans les entreprises de San-Pedro

La Banque africaine de développement (BAD) approuve un financement de 62 millions d’euros pour l’électrification de plus de 1300 localités rurales