Les OSC invitées à conjuguer leurs efforts dans la recherche des financements de la planification familiale
0
 

Écouter
Les OSC invitées à conjuguer leurs efforts dans la recherche des financements de la planification familiale

Les OSC invitées à conjuguer leurs efforts dans la recherche des financements de la planification familiale

| Lu 18761 fois | Publié

Les organisations de la société civile ont été invitées à coordonner leurs efforts pour le suivi et le respect des engagements concernant la planification familiale et l’achat des produits contraceptifs en Côte d’Ivoire. C’était au cours d’un atelier d’échanges et de discussions organisé par l’ONG Social Justice, qui s’est tenu le samedi 14 mars 2020 à Abidjan. Cet atelier a également pour objectif de discuter des projets d’engagements relatifs à la planification familiale pour la prise en compte par le ministère de la santé dans le plan d’action OGP (Open Government partnership).

Les acteurs de la société civile, au regard des défis liés au financement de la planification familiale et les opportunités qui s’offrent à eux pour un plaidoyer, en vue d’une mise en œuvre effective des engagements pris par le gouvernement ivoirien à Ouagadougou en novembre 2011, doivent parler de la même voix. 

Dans la mesure où la mise en œuvre de ces engagements ne semble pas encore être la priorité des gouvernants, selon une étude menée par trois organisations non gouvernementale à savoir Initiative et la bonne gouvernance pour la justice sociale, la transparence et la bonne gouvernance en Côte d’Ivoire (SOCIAL JUSTICE), Fondation performance sociétales (FPS) et Mission des jeunes pour l’éducation, la solidarité et l’inclusion (MESSI).

Pour parvenir à faire bouger les lignes, les OSC devront d’abord faire l’état des lieux des défis liés à la mise en œuvre des engagements relatifs à la planification familiale. Elles sont également appelées à faire des propositions concernant le financement des produits contraceptifs en mettant surtout l’accent sur l’engagement étatique notamment sur l’achat des produits contraceptifs.

Le Partenariat de Ouagadougou a été lancé lors de la Conférence régionale sur la population, le développement et la planification familiale tenue à Ouagadougou au Burkina Faso en février 2011 par les 9 gouvernements des pays francophones de l’Afrique de l’Ouest et leurs partenaires techniques et financiers (PTF) pour accélérer les progrès dans l’utilisation des services de planification familiale au Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo.

Ce partenariat est basé sur deux principes. Il mise sur une meilleure coordination entre les bailleurs de fonds pour optimiser leurs soutiens aux pays et également sur une collaboration et coopération aux niveaux national et régional pour remédier au taux élevé des besoins non satisfaits en matière de planification familiale.

L’objectif principal du Partenariat est d’atteindre au moins 2.2 millions d’utilisatrices additionnelles de méthodes de planification familiale dans les neuf pays concernés d’ici fin 2020.

Cet objectif peut paraître faible mais il est en réalité très ambitieux vu le contexte des pays caractérisé par les faibles taux de prévalence contraceptive, les barrières socioculturelles, les systèmes de santé déficients, un engagement politique timide et peu de financement.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Cameroun: trois opposants arrêtés pendant des distribution de masques et de gel

Un nouveau centre hospitalier régional (CHR) bientôt construit à Agboville (Ministre)

COVID-19 : Trente et une nouvelles rémissions en Côte d’Ivoire

Un centre de santé dédié à la mère et à l’enfant prévu à Arrah (Maire)

Le procureur de la République annonce des poursuites contre les auteurs de l’accident meurtrier d’Angré