Akinwumi Adesina : « L’expertise coréenne peut apporter une solution concrète aux besoins technologiques criants de l’Afrique »
0
 

Écouter
Akinwumi Adesina : « L’expertise coréenne peut apporter une solution concrète aux besoins technologiques criants de l’Afrique »

Akinwumi Adesina : « L’expertise coréenne peut apporter une solution concrète aux besoins technologiques criants de l’Afrique »

Boris Odilon BLE/RTI Info | Lu 2431 fois | Publié

La Corée du Sud en partenariat avec la Banque africaine de développement (BAD), s’est dite prête à intensifier ses transferts de technologies vers l’Afrique. Des officiels coréens l’ont annoncé le jeudi 07 février 2019 à Séoul lors d’une rencontre sur de possibles partenariats technologiques entre la Corée et l’Afrique.

Les représentants de la ville de Busan Metropolitan City, du centre Busan Techno Park et du Green Technology Center coréen jugent que le potentiel de coopération est immense. Ils estiment aussi que les opportunités de projets créateurs d’emplois sont nombreux, de l’agriculture à la croissance verte, en passant par la gestion intelligente des transports urbains et bien d’autres opportunités d’affaires.

« Le futur sera radicalement différent », a déclaré, enthousiaste, le président de la BAD, Akinwumi Adesina. « La Banque entend étudier la mise en place d’un partenariat stratégique avec la Corée qui puisse déboucher sur la création d’un centre de recherche et de formation africano-coréen sur les drones, ouvrant la voie à la quatrième révolution industrielle de l’Afrique » a-t-il ajouté.

Les coréens se sont eux aussi montré très enthousiastes quant aux perspectives. « La Banque africaine de développement pourrait jouer ici un rôle majeur : si nous pouvons apporter la technologie, la Banque peut, de son côté, identifier et faciliter des projets viables, à même de décupler la coopération technologique entre l’Afrique et la Corée » a indiqué Hyung-Ju Kim, qui dirige la division Stratégie mondiale au sein du Green Technology Center.

Si Busan a pu s’affirmer comme la capitale mondiale de l’intelligence artificielle, c’est grâce – en partie – à une vision politique qui a conduit le pays à s’imposer comme le premier investisseur mondial dans la recherche et le développement, pouvant se targuer de compter aujourd’hui 12 000 chercheurs et scientifiques. Akinwumi Adesina estime qu’il est important que le partenariat technologique avec la Corée se traduise par un renforcement des capacités sur le terrain, à travers la formation, pour que l’Afrique s’industrialise, et qu’elle soit également capable de construire ou d’assembler des drones elle-même. « Nous sommes déterminés à développer l’utilisation de drones au service de l’agriculture en Afrique. Ce que nous faisons aujourd’hui en Afrique détermina, demain, la sécurité alimentaire du monde entier », a lancé Adesina tout en rappelant que « sans électricité, il est impossible d’industrialiser l’Afrique ». La BAD a fait de l’accès à l’électricité une priorité absolue. L’initiative « Desert to Power » l’un des plus grands projets solaires au monde, entend ainsi développer 10 000 MW dans le Sahel.

Akinwumi Adesina effectue une visite de trois jours en Corée, dans le cadre de sa nomination au SunHak Peace Prize 2019. Il devrait prononcer un discours majeur au Sommet mondial de la paix des leaders mondiaux (World Peace Summit of Global Leaders), le 9 février 2019.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Burundi: découverte du corps démembré d'un jeune albinos

Plus de 300 migrants secourus au large de la Libye (marine)

Congo : une coalition d’ONG doute de la fiabilité des données sur un gisement de pétrole

Les populations d’Oumé instruites sur les causes de mortalité infantile en Côte d’Ivoire

Le programme triennal 2020-2022 du Conseil Mégional de l’Indénié-Djuablin adopté