Côte d’Ivoire: La dégradation des routes, une réalité à Abidjan
0
 

Écouter
Côte d’Ivoire:  La dégradation des routes, une réalité à Abidjan

Côte d’Ivoire: La dégradation des routes, une réalité à Abidjan

AIP | Lu 2984 fois | Publié

Abidjan, la capitale économique ivoirienne ou la perle des lagune a fière allure depuis l’exécution des travaux d’hercules impulsés par le gouvernement. A titre d’exemple, le point Henri Konan Bédié, l’Echangeur de Marcory et de la Riviéra, pour ne citer que ceux-là. Mais au-delà de ces belles réussites, imprimant une réelle marque de mégalopole engagée sur la voie de l’émergence, se cachent des réalités déconcertantes dont l’une des plus frappantes est la dégradation de certaines voies dans cette même perle des lagunes dont une incursion dans certaines communes permet de saisir le calvaire des usagers de ces routes impraticables.

A Treichville, la route est dégradée dans la périphérie du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) et du boulevard de Marseille, .

La voie menant au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Treichville, au niveau des rails présente d’énormes trous, des crevasses qui contraignent les automobilistes à ralentir subitement. Une situation qui perdure, selon des automobilistes.

Sur la route menant au centre industriel Vridi, l’artère principale qui conduit à la raffinerie ivoirienne est parsemée en des endroits de monticules et trous éparses. Ils présentent des risques énormes pour des automobilistes sur une voie fréquentée par des camions lourds.

A Koumassi, des crevasses se présentent comme de tombeaux ouverts .Deux lieux tiennent la palme dans cette commune, le carrefour Saint louis et le carrefour Saint Michel. Des lieux connus pour leur dégradation très avancée avec la présence d’eaux usées sur le macadam. Les égouts et les écoulements des habitations communes se déversent sur ces artères principales.

Malgré les travaux de restauration menés en 2015 par l’entreprise française Colas, le constat est alarmant, au carrefour Saint Louis, en particulier, selon un habitant. Des déchets et putréfactions nauséabondes mêlés à des écoulements de produits délétères et malodorants.

« Ils viennent la nuit et creusent des conduits pour relier leurs canalisations de déchets aux égouts de la route », s’indigne-t-il, déplorant souffrir de maladie et crie au ciel pour une solution à ce problème.

«Vous avez refait la route c’est gâté. Parce que le goudron n’aime pas l’eau des excréments. La solution c’est de faire un petit pont» propose avec force ce sexagénaire qui tient dans sa main gauche un sachet de médicaments.

Un agent de colas rencontré sur les lieux soutient que seul l’assainissement général de la commune de Koumassi pourrait mettre fin au calvaire des habitants de cet quartier.

«La canalisation des eaux fluviales et usées n’est pas en parfaite harmonie. Il faut qu’une solution par rapport à l’assainissement soit d’abord trouvé », souhaite-t-il.

Les routes secondaires des voies du quartier de Koumassi sont inexistantes avec une quasi absence de voiries. Une situation dommageable pour les habitants qui déversent des eaux sur les voies.

Marcory, quelques trous pour une voirie bien tenue

Marcory semble présenter un visage plus reluisant. La commune baigne dans un confort certain. Les voies dégradées se font rare. La route secondaire Sainte Bernadette, une voie de démarcation des quartiers Koumassi remblais et Sicogi naguère bien entretenue se meurt. Le goudron ayant disparu pour laisser place à des pentes ascendantes et descendantes, au grand dam des taximètres.

Adjamé, le drame d’une commune

La majorité des routes à Adjamé est impraticable. Les travaux entamés n’ont pas donné les résultats escomptés. Les voies secondaires dans les quartiers sont touchées par une érosion du sol , des fissures , et des trous béants. De la Mosquée de la gare Renault en passant par le marché Gouro pour la maternité Thérèse Houphouët, les voies sont gagnées par la vétusté, et une usure prononcée.

Des infrastructures d’assainissement ont été , pour la plupart, arrachées pour être vendus dans les marchés, selon un habitant . Des crevasses et des trous longent des voies à Adjamé village et au marché Gouro.

Abobo Dokui , vivement un plan Marshall

La commune d’Abobo souffre d’une absence de planification véritable en termes d’assainissement et d’investissement dans la voirie.

Des voies secondaires aux voies principales, la réalité est amère. Avec des quartiers marqués par une absence de routes véritables. Des nids de poule jonchent le carrefour du Zoo et de Dokui et la question de l’entretien des artères fréquentées se pose avec acuité.

Au feu du carrefour Mahou, un « cratère » se présente. Des trous s’interposent pour le malheur des usagers de ce lieu. De la voie Samaké à la mairie d’Abobo, les populations s’en indignent.

Pour le commerçant, Samson Abiola, cette route difficilement praticable, détruit et casse les voitures les amortisseurs des voitures.

« Nous ne sommes pas à l’aise à cause des odeurs de caniveaux, des moisissures qui sortent . Que l’Etat trouve des solutions à notre enfer » , s’indigne le commerçant.

Pour Salamé Abiola, les eaux de ruissellement qui sortiraient des caniveaux seraient à l’origine de ce désastre. Ces eaux usées se déversent sur la voie et créent des trous. Les promesses de la mairie sont restées lettres mortes jusqu’à ce jour, précise-t-il.

Le quartier derrière Rails est réputé pour son insalubrité. Des nids de poules sont présents à des artères de ce quartier.

Cocody fait figure de favorisé

A l’entrée du quartier Vallon, des trous ouverts se font voir. Des voies mal replâtrées notamment sur la voie conduisant à l’Ena créent des monticules désagréables à la conduite. Des trous à fermer à la station mobile de Cocody crée un embouteillage. Mais la commune avec ces quelques désagréments a fière allure et se présente comme la mieux lotie en matière d’assainissement et d’infrastructures.

Yopougon, des actions à mener

A la cité Ado, une question pend au lèvre des habitants sur la question de l’assainissement dans cette zone. Que deviendra leur cadre de vie après l’ouverture de la cité aux souscripteurs ? Des fosses remplies d’eaux usées font craindre une inondation certaine, pendant la saison des pluies.

La présence de quelques entreprises sur la voie N’Dotré à quelques encablures de la prison civile risque de générer des drames si aucune mesure préventive n’est prise.

Au Carrefour Niangon lokoua, au terminus du bus 27 , à la voie qui longe le feu du sapeurs pompiers et au Carrefour du collège Sèbgé, les voies sont difficiles à emprunter à cause des nids de poule et des trous béants.

Le goudron a complétement disparu sur la voie internationale qui mène à Dabou, en face du cimetière municipal. Un lieu de patinage en temps de pluie avec des accidents en perspective.

Du carrefour lycée au carrefour Kouté, des voies marquées par des fissures aux dimensions inquiétantes qui contraignent les automobilistes à des conduites dangereuses. Cette voie est pratiquée par des commerçants qui ne savent à quel saint se vouer.

Attécoubé

La voie à la sortie du quartier Mossikro à quelques pas de l’entreprise de géobeton est complètement dégradée par des eaux usées. La voie est embouteillée aux heures de pointe. Les agents du 28ème arrondissement y régulent la circulation du fait de cette dégradation.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

France: trois Bulgares et un Français inculpés pour trafic de personnes et travail illégal

Un projet de 580 millions FCFA lancé pour la transition agroécologique en Côte d’Ivoire

240 pieds de teck plantés par des jeunes dans une forêt classée de Ferké

Le plan stratégique de développement (PSD) de la région du N’zi comportant 37 projets, est estimé à près de 35,3 milliards FCFA

Intempéries à Bissau: cinq morts et un disparu dans l'effondrement d'un balcon