Restauration du couvert forestier : La Côte d’Ivoire à l’école costaricienne
0
 

Écouter
Restauration du couvert forestier : La Côte d’Ivoire à l’école costaricienne

Restauration du couvert forestier : La Côte d’Ivoire à l’école costaricienne

Boris Odilon BLE/RTI Info | Lu 7751 fois | Publié

Une délégation ivoirienne conduite par le ministre Alain-Richard Donwahi séjourne actuellement au Costa Rica. Objectif : s’inspirer du modèle de reboisement costaricien.

Le ministre ivoirien des Eaux et Forêts accompagné d’experts de son ministère, effectue une mission au Costa Rica du 26 juillet au 3 août 2019, pour des échanges et un partage d'expériences entre la côte d'Ivoire et le Costa Rica sur la restauration du couvert forestier, la gouvernance forestière et la mobilisation des ressources.

Le ministre costaricien de l’environnement et de l’énergie, la vice-ministre costaricienne de l’environnement ont eu des échanges prometteurs en termes de perspectives de coopération avec Alain-Richard Donwahi au cours d’un diner de bienvenue. Ont également participé à ce diner, le ministre coréen chargé des Forêts, et des facilitateurs du Programme des Nations-Unies pour le Développement.

Le choix du Costa Rica n’a pas été fortuit. Ce pays d'Amérique centrale recouvert d'une forêt tropicale humide et situé entre la mer des Caraïbes et l'océan Pacifique est connu pour ses plages, ses volcans et sa biodiversité. Le reboisement au Costa Rica a été́ fait sur la base du principe de « l'arbre comme élément de la biodiversité́ ». Les conditions de la régénération de la forêt ont été recrées et la reforestation naturelle s’est faite sans intervention humaine. Aujourd’hui, environ un quart de sa superficie est constitué d'une jungle protégée, et d'une flore et d'une faune extrêmement riches.

La Corée du Sud a choisi quant à elle de procéder à un reboisement avec une intervention humaine nécessaire. Les méthodes costaricienne et sud-coréenne étant complémentaires, la Côte d’Ivoire a décidé de les étudier en profondeur pour son reboisement.

Depuis quelques années, la Côte d’Ivoire subit de plein fouet les effets du réchauffement climatique dû à une déforestation accrue. Le pays perd environ 200.000 hectares de forêt par an. Les statistiques les plus récentes sur la couverture forestière indiquent que la superficie de ses forêts est passée de 16 millions d’hectares en 1900, à 7,8 millions d’hectares en 1990 et 3,4 millions d’hectares en 2015.

Les pouvoirs publics ivoiriens entendent faire évoluer la politique forestière dont les principales motivations sont formulées à travers la déclaration de Politique de Préservation, de Réhabilitation et d’Extension des Forêts Entérinée en Conseil Présidentiel le jeudi 17 mai 2018 et adoptée en Conseil des Ministres le mercredi 23 mai 2018.

 

 

Boris Odilon BLE
odilon.ble@rti.ci

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Les Tunisiens confient un mandat clair à Saied pour revitaliser la jeune démocratie

Trump prêt à "détruire l'économie turque" si Ankara ne change pas d'attitude en Syrie

L'ONG Echo Médias envisage une campagne nationale de promotion du dépistage et du diagnostic précoce du cancer du sein

Des femmes de médias africains renforcent leurs capacités sur le leadership féminin à Rabat au Maroc

Des populations de Tanda sensibilisées sur l’apatridie par le Haut commissariat des nations unies pour les réfugiés (UNHCR)