Gabon: premier Conseil des ministres sans Ali Bongo
0
 

Écouter
Gabon: premier Conseil des ministres sans Ali Bongo

Gabon: premier Conseil des ministres sans Ali Bongo

AFP | Lu 1476 fois | Publié

Le premier Conseil des ministres au Gabon depuis l'hospitalisation du président Ali Bongo Ondimba, le 24 octobre, s'est tenu vendredi au palais présidentiel de Libreville et a été présidé par le vice-président gabonais, selon le compte-rendu reçu par l'AFP.

"Le Gouvernement exprime (...) sa pleine solidarité au chef de l’Etat et son engagement ferme à poursuivre avec abnégation et détermination la mise en oeuvre de sa vision de développement du Gabon au moment où celui-ci est momentanément éloigné de son peuple et de son pays", indique le compte-rendu de ce Conseil vendredi soir, déroulant ensuite le suivi des affaires courantes gabonaises.

Mercredi, la Cour constitutionnelle gabonaise a modifié la Constitution pour pallier l'absence du président Ali Bongo Ondimba et autoriser le vice-président, Pierre-Claver Maganga Moussavou, "à convoquer et à présider un Conseil des ministres".

Avant d'être modifiée par la Cour, la Constitution gabonaise stipulait que seul le président pouvait autoriser son vice-président à organiser un Conseil des ministres.

Aucun Conseil des ministres ne s'était tenu depuis l'hospitalisation du président gabonais, le 24 octobre.

Depuis, Ai Bongo est à Ryad où, selon la présidence à Libreville, il se trouve "dans une phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques" à la suite d'un "malaise", de "vertiges" et d'un "saignement".

Une source étrangère a affirmé début novembre à l'AFP que M. Bongo "a eu un AVC" (accident vasculaire cérébral), la cause de son hospitalisation.

Dans la foulée de cette décision de la Cour, l'opposition et la société civile ont dénoncé "un coup de force" et "un coup d'Etat constitutionnel" opérés par la présidente de ladite Cour, Marie-Madeleine Mborantsuo.

Mme Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle depuis 1991, a eu deux enfants avec Omar Bongo.

Pour Marc Ona, l'un des principaux acteurs de la société civile gabonaise, Mme "Mborantsuo n’est plus dans la logique institutionnelle, mais dans une logique de confiscation du pouvoir coûte que coûte".

Télésphore Ondo, constitutionnaliste à Libreville, a lui estimé que la Cour a un "pouvoir d'interprétation" et de "régulation des institutions" et avait donc été dans son droit en modifiant la loi fondamentale.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

centre céramique de Katiola: Vers un encadrement des potières

Soubré: Des vendeurs de drogue interpellés par la gendarmerie

L’accès des jeunes et des femmes à l’emploi, une priorité du gouvernement ivoirien

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité décline ses priorités pour 2019

Burkina: le Canadien enlevé mardi retrouvé mort