RDC: un soldat tue cinq personnes lors d'un rassemblement à l'occasion d'un deuil
0
 

Écouter
RDC: un soldat tue cinq personnes lors d'un rassemblement à l'occasion d'un deuil

RDC: un soldat tue cinq personnes lors d'un rassemblement à l'occasion d'un deuil

AFP | Lu 1314 fois | Publié

Un soldat a tué cinq personnes et en a blessé dix autres dans la nuit de samedi à dimanche à Tshikapa, dans le Kasai, une province du centre de la République démocratique du Congo, ont rapporté des sources policières.

"Les gens étaient rassemblés à (l'occasion d')un deuil lorsque le militaire est arrivé et a ouvert le feu sur la foule, tuant sur le champ deux personnes et en blessant d'autres. Ce dimanche matin, trois blessés admis à l'hôpital sont morts dont un militaire", a indiqué une source policière.

Parmi les victimes figure un autre militaire qui a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Les raisons du geste du soldat restent floues. Selon un journaliste local, il exigeait de l'argent des personnes présentes.

Dimanche matin, la tension était vive "car les membres de la communauté des personnes tuées cherchent à se venger, ils suspectent un coup monté contre eux", selon la même source qui précise que le militaire présumé meurtrier a été mis aux arrêts par la justice militaire.

Les autorités de Tshikapa n'ont pas voulu s'exprimer sur cet incident.

Le Kasai a basculé dans la violence entre septembre 2016 et mi-2017 après la mort d'un chef coutumier tué par les forces de sécurité.

Les affrontements ont fait plus de 3.000 morts. Deux experts des Nations unies ont aussi été tués.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Crimée: 14 morts dans l'incendie de deux navires près du détroit de Kertch (officiel)

Venezuela: une vingtaine de militaires arrêtés pour s'être soulevés contre Maduro

Accord de trêve en Libye après des combats meurtriers entre milices

Gabon: une ONG dénonce la détention "illégale" d'un "prisonnier politique"

RDC: Fayulu peine à mobiliser, vers un report de l'investiture de Tshisekedi