Burkina: manifestation en hommage à Norbert Zongo, 20 ans après sa mort
0
 

Écouter
Burkina: manifestation en hommage à Norbert Zongo, 20 ans après sa mort

Burkina: manifestation en hommage à Norbert Zongo, 20 ans après sa mort

AFP | Lu 1145 fois | Publié

Des milliers de personnes ont manifesté jeudi à Ouagadougou pour rendre hommage à Norbert Zongo, un journaliste d'investigation burkinabè assassiné il y a vingt ans, le 13 décembre 1998, a constaté un journaliste de l'AFP.

A l'appel du Collectif des organisations démocratiques de masses et de partis politiques (CODMPP) et de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère et l'impunité (CCVC), des milliers de manifestants se sont rassemblés sur la place de la Nation, au cœur de la capitale du Burkina Faso.

Majoritairement vêtus de rouge ou de noir, les manifestants ont arpenté quelques artères de la ville, marquant des arrêts pour scander des slogans comme "Vérité et justice pour Norbert Zongo ", "20 ans d'impunité, trop c'est trop", "20 ans de mensonge et d'indifférence, ça suffit", avant de revenir sur le lieu de départ pour un meeting.

"Durant les 20 longues années de lutte pour la vérité et la justice dans l'affaire Norbert Zongo, notre peuple a montré aux yeux du monde que ni la répression, ni la violence, ni la malice ne peuvent avoir raison d'un peuple uni, déterminé et guidé par un esprit patriotique et révolutionnaire", a lancé le président du CODMPP, Chrysogone Zougmoré.

Guy Zongo, un des fils du journaliste assasiné, a salué lors de la manifestation "la mobilisation du peuple burkinabè resté debout durant ces 20 ans pour que justice et vérité se fassent". "La mort de Norbert Zongo fait partie de ces crimes de sang qui ont ébranlé la conscience collective burkinabè".

Quelques heures plus tôt, une centaine de personnes, principalement des responsables associatifs et des membres de la famille de Norbert Zongo, s'étaient recueillies sur sa tombe du cimetière de Goughin, un quartier populaire de Ouagadougou.

Ils ont déposé des fleurs sur la tombe de Norbert Zongo ainsi que sur celles des trois personnes qui l'accompagnaient lors de son assassinat. Les quatre dépouilles avaient été retrouvées calcinées dans la voiture de M. Zongo à Sapouy - à environ 100 km au sud de Ouagadougou.

Norbert Zongo, 49 ans, a été tué alors qu'il enquêtait sur le meurtre sous la torture de David Ouédraogo, le chauffeur de François Compaoré, frère cadet de l'ex-président Blaise Compaoré (1987-2014).  

Trois ex-soldats du Régiment de sécurité présidentielle, l'ancienne garde prétorienne de Blaise Compaoré, ont été inculpés dans l'affaire Zongo.

Le 5 décembre, la justice française a autorisé l'extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso, qui le réclame dans le cadre de cette affaire.  

Comme l'affaire de l'assassinat de l'ex-président burkinabè Thomas Sankara en 1987, le meurtre de Zongo garde une forte charge symbolique au Burkina, où la société civile a ces dernières années organisé nombre de manifestations et mobilisations pour réclamer la fin de l'impunité concernant la mort de ce journaliste.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Mozambique: quatre blessés dans l'attaque d'un convoi du groupe pétrolier Anadarko

Nigeria: deux morts dans des violences électorales à la veille de la présidentielle

Espagne : Rajoy témoignera le 27 au procès des indépendantistes catalans

Des organisations de la société civile se forment en gestion de conflits communautaires à Oumé

Les feux tricolores de N’Douci toujours non fonctionnels cinq mois après leur installation