Mali: six civils tués par un engin explosif dans le centre (élus locaux)
0
 

Écouter
Mali: six civils tués par un engin explosif dans le centre (élus locaux)

Mali: six civils tués par un engin explosif dans le centre (élus locaux)

AFP | Lu 881 fois | Publié

Six civils, dont quatre femmes, ont été tués mercredi dans le centre du Mali lorsque le véhicule dans lequel ils se trouvaient a sauté sur un engin explosif, a appris l'AFP auprès d'élus locaux.

La route où l'attaque s'est produite est régulièrement visée par des attaques à l'engin explosif improvisé imputées aux jihadistes. Il y a un mois, trois militaires maliens avaient péri dans une de ces attaques près de Boni.

"Le véhicule de transport en commun venait de Bamako pour la localité de Boni. Arrivé à Douentza, le véhicule a pris la direction de Boni. Trente kilomètres après Douentza, le véhicule a sauté sur une mine", a déclaré à l'AFP un élu de la région qui s'est rendu sur les lieux.

"Il y a eu six morts dont quatre femmes. Il y a eu aussi six blessés", a indiqué cet élu ajoutant que "le véhicule transportait également beaucoup de marchandises". "C'est sûrement une mine posée par les terroristes", a estimé la même source, en référence aux jihadistes.

Un autre élu de la région a confirmé le nombre de victimes, en précisant que parmi elles, il y avait un bébé.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Les jihadistes en ont été en grande partie chassés ou dispersés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, régulièrement visées par des attaques, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes, dont l'application accumule les retards.

Depuis, les violences jihadistes ont non seulement persisté, mais se sont propagées du nord vers le centre et le sud du Mali, et le phénomène déborde sur le Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Algérie: les opposants à un 5e mandat de Bouteflika appelés au calme

Grève dans le principal port du Soudan sur fond de crise économique

Zimbabwe: Mnangagwa réassigne 4 généraux à des postes diplomatiques

Arrêté pour corruption, le fils de l'ex-président du Mozambique reste en prison

Le port de San Pedro et Afrique pesage CI engagés à appliquer le règlement 14 de l’UEMOA