Ghana : Seulement 2% des entreprises du secteur informel honorent leurs obligations fiscales envers l'Etat
0
 

Écouter
Ghana : Seulement 2% des entreprises du secteur informel honorent leurs obligations fiscales envers l'Etat

Ghana : Seulement 2% des entreprises du secteur informel honorent leurs obligations fiscales envers l'Etat

Agence Ecofin | Lu 1985 fois | Publié

Au Ghana seulement 2% des entreprises du secteur informel payent leurs impôts à l’Etat. C’est ce qu’a annoncé la semaine dernière, Richard Hakeem Quainoo, directeur des recettes de la Ghana Revenue Authority (GRA).

Les entreprises du secteur informel, qui comptent pour 70% des entreprises ghanéennes sont donc paradoxalement celles qui contribuent le moins aux recettes de l’Etat. D’après des chiffres relayés par Ghana Web, seulement 1,5 million de contribuables ont honoré leurs obligations fiscales envers l’Etat ghanéen, sur 6 millions attendus. Parmi ceux-ci, seuls 200 000 provenaient du secteur informel.

S’exprimant lors d’une rencontre avec plusieurs entreprises du secteur informel, le responsable a rappelé que le gouvernement avait mis en place des mesures d’exonération fiscale allant de 5 à 10 ans pour les jeunes investissant dans le secteur agricole.

Ayant récemment annoncé la fin de son programme de financement avec le FMI, le gouvernement du président Nana Akufo-Addo veut trouver de nouvelles sources de financements pour ses projets de développement. Cela, grâce entre autres, à l’amélioration de la mobilisation des impôts.

Pour 2019, la GRA a annoncé vouloir mobiliser près d’un milliard de dollars de recettes fiscales

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Plus de 150 cas de tuberculose dans le Hambol au premier trimestre de 2019

Bénin : 700 kg de faux médicaments en provenance du Togo saisis

Trois élèves aux arrêts pour cambriolage au lycée moderne de Bangolo

Le préfet de Tabou sensibilise les réfugiés ivoiriens du Liberia au retour volontaire

Le préfet de Tabou sensibilise les réfugiés ivoiriens du Liberia au retour volontaire