La Côte d’Ivoire veut devenir un hub sous-régional d'échange de trafic Internet
0
 

Écouter
La Côte d’Ivoire veut devenir un hub sous-régional d'échange de trafic Internet

La Côte d’Ivoire veut devenir un hub sous-régional d'échange de trafic Internet

APA | Lu 2272 fois | Publié

La Côte d’Ivoire qui enregistre 7 000 Km de fibres optiques, ambitionne d’être le hub sous-régional d'échange de trafic Internet, a déclaré mercredi Yves Miezan-Ezo, Conseiller technique du ministre ivoirien de la Communication, de l’économie numérique et de la poste, à l’ouverture du Forum africain sur le peering et l’interconnexion AFPIF édition 2017, dans un hôtel au sud d’Abidjan.

« Je puis vous assurer que la Côte d’Ivoire entend poursuivre le développement de son point d’échange en termes de capacités opérationnelles, avec l’ambition affirmée d’en faire un hub sous-régional  de peering (appairage) », a dit M. Yves Miezan-Ezo. 

En mode Internet, l'appairage implique trois éléments, notamment une interconnexion physique entre les réseaux, une liaison virtuelle permettant l'échange des routes via un protocole de routage, puis des accords commerciaux et contractuels entre les parties. 

Le Forum africain sur le peering et l’interconnexion AFPIF constitue un cadre d’échanges promoteur et adéquat associant les opérateurs et les acteurs de l’écosystème numérique. Il vise la promotion des métiers du numérique et la constitution de communautés technologiques.

Cette plateforme a en outre pour but de favoriser l’interconnexion, le partage et l’échange  de contenus afin d’améliorer l’accès à Internet, générer des réductions de coûts en gardant le trafic local  au niveau local et accroître les offres de services.

La Côte d’Ivoire s’attèle à la mise en œuvre d’une offre abondante en réseaux large bande avec le maillage du pays en fibres optiques, à l’accroissement de la connectivité fixe et mobile, à la généralisation de l’accès aux technologies et à l’Internet pour toutes les populations.

Le pays a déployé un plan ambitieux de formation et de développement d’une expertise nationale en matière de TIC illustrée par l’introduction de modules scolaires dès l’école primaire, l’équipement d’établissements d’enseignement en salles multimédia et la duplication de centres numériques de proximité.

Si le développement de l’Economie numérique connaît de nettes avancées sur le continent, force est de constater que l’accessibilité à Internet, les coûts et l’interconnexion demeurent des défis à relever.

Les Etats africains devront formuler au demeurant des propositions concrètes et efficaces pour le développement de l’accès à Internet, dynamiser le marché du contenu numérique, accroître les usages d’Internet et offrir des services de haute qualité aux populations. 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Tunisie: en l'absence de recours, Saied prêtera serment sous 10 jours

RDC : des villages incendiés par des milices au Sud-Kivu

Afrique du Sud: manifestation de réfugiés contre les violences xénophobes

Maroc: le roi gracie la journaliste emprisonnée pour avortement illégal (officiel)

Un atelier sur la responsabilisation sociale axée sur l’enfant se tiendra à Bouaflé du jeudi 17 au vendredi 18 octobre 2019

Les plus lus