Mariatou Koné (Ministre de la solidarité) : "Nous devons œuvrer davantage à protéger la vie de nos concitoyens et de toutes les victimes de la traite des humains".
0
 

Écouter
Mariatou Koné (Ministre de la solidarité) :

Mariatou Koné (Ministre de la solidarité) : "Nous devons œuvrer davantage à protéger la vie de nos concitoyens et de toutes les victimes de la traite des humains".

Frederic Gore-Bi/RTIinfo | Lu 9278 fois | Publié

A l’instar des pays du monde entier, la Côte d’Ivoire célèbre ce 30 juillet 2019, la Journée Mondiale de lutte contre la Traite des Êtres Humains, communément appelé Traite des Personnes. A l’occasion de la célébration de l’édition 2019 cette Journée placée sous le thème : "Traite des êtres humains : Appelez votre gouvernement à agir", la ministre de la solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, a fait une déclaration. Pour Mariatou Koné "nous devons œuvrer davantage à protéger la vie de nos concitoyens et de toutes les victimes de cet esclavage des temps modernes".

Dans son adresse, la ministre de la solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté a indiqué que le thème de l’édition 2019 de la célébration de la Journée Mondiale de lutte contre la Traite des Êtres Humains, est une occasion pour interpeler l’ensemble des acteurs de la lutte contre la traite des personnes, à redoubler d’effort, pour mettre fin à cette grave atteinte aux droits humains.

"Cela requiert une synergie d’actions, une mutualisation des efforts et une implication de tous : Gouvernement, autorités administratives et politiques, autorités traditionnelles, leaders communautaires, guides religieux, organisations de la société civile, artistes, sportifs, professionnels des médias et de la communication", a-t-elle préconisé.

Avant de révéler "qu’en Afrique, depuis 2016, selon les données de l’Union Africaine, on estime à trois millions d’adultes et un demi-million d’enfants victimes du Travail Forcé, du trafic des personnes et de l’esclavage moderne". Une pratique qui n’épargne aucun Etat du continent noir. "Pratiquement, tous les pays africains sont à la fois des pays d’origine, de destination et de transit de la traite des personnes", a soutenu Mariatou Koné.

Selon la ministre, l’exploitation de l’Etre humain est devenue aujourd’hui une source d’enrichissement de trafiquants sans aucun scrupule qui opèrent sur tous les continents et notamment en Afrique. "Une situation provoquée par les conflits armés, avec leurs lots de personnes déplacées de force. Celles-ci rendues vulnérables avec des conditions de vie précaires sont souvent tentées d’aller à l’aventure migratoire avec tous les risques possibles", a déploré, la ministre de la solidarité.

Face à ce phénomène, la Côte d’Ivoire, n’est pas restée les bras croisés. Le gouvernement a élaboré une stratégie nationale de lutte contre la traite des personnes, assortie d’un plan d’action quinquennal (2016-2020).

Mais auparavant, aux dires de Madame la ministre, "la loi du 8 décembre 2016, portant lutte contre la traite des personnes et créant le comité national de lutte contre la traite des personnes, a été adoptée".

En plus de cette loi, Mariatou Koné a également évoqué la prise du décret du 13 Avril 2017, par le président de la république portant attributions, organisation et fonctionnement du Comité national de lutte contre la Traite des personnes, présidé par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Des acquis importants et utiles dans la protection des victimes de la traite des personnes que dans la répression et les poursuites judiciaires des auteurs des faits criminels. Surtout si les capacités opérationnelles et techniques des agents de première ligne impliqués dans ce phénomène sont renforcés.                             

                                                                                                                                            Frédéric Goré-Bi

                                                                                                                                             frederic.gorebi@rti.ci

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le projet d’engagement de la Côte d’Ivoire en vue de l’achèvement des objectifs de la CIPD d’ici à 2030 validé

Les travaux de réhabilitation de l’axe Dabakala-Katiola ont démarré

Burkina: 6 soldats tués dans deux attaques

Guinée: marche de femmes contre un troisième mandat d'Alpha Condé

Ouverture fin octobre 2019 du nouvel abattoir de Bondoukou (Mairie)