Un encadreur de l’Ecole nationale de police traduit devant le Parquet Militaire pour attentat à la pudeur.
0
 

Écouter
Un encadreur de l’Ecole nationale de police traduit devant le Parquet Militaire pour attentat à la pudeur.

Un encadreur de l’Ecole nationale de police traduit devant le Parquet Militaire pour attentat à la pudeur.

Frederic Goré-Bi / RTIinfo | Lu 2120 fois | Publié

Dans une note publiée sur sa page Facebook, le Tribunal Militaire d’Abidjan annonce la mise aux arrêts d’un Sergent-Chef en service à l’Ecole nationale de Police. Attentat à la pudeur et abus d’autorité, sont entre autres, les chefs d’accusation retenus contre cet encadreur des élèves sous-officiers qui a été écroué à la maison d’arrêt militaire (MAMA) avant sa comparution devant le Juge.

"Le Sergent-chef de police B.A.Y en service à l'école de police s'adonnait plutôt à des actes peu catholiques avec les pensionnaires de cette institution au lieu de leur inculquer la déontologie du métier d'agent de police", peut-on lire dans le communiqué.

"Cet agent, avec l'influence qu'il avait dans la cuisine, son lieu de travail, faisait du chantage ou proposait des mets assez fumants pour avoir des "clients" et assouvir ses désirs’’, ajoute la note du Tribunal militaire d’Abidjan pour qui cet "acte n'honore pas l'Ecole Nationale de Police".

Le mis en cause, explique le communiqué "a été pris en flagrant délit pendant qu'il s’adonnait à des actes sexuels répréhensibles sur un élève sous-officier".

Reconnu coupable des faits, il a été mis aux arrêts et déféré à la maison d’arrêt militaire d’Abidjan pour attentat à la pudeur, abus d'autorité, faits prévus et punis par le code pénal.

On attend donc la suite que la justice militaire va donner à cette affaire qui n’a pas encore fini de défrayer la chronique.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Soro Guillaume, ex-président de l'Assemblée nationale, a annoncé qu'il sera candidat à la présidentielle de 2020.

Madagascar: des blessés lors d'une manifestation contre un projet d'extension de la capitale

Pluies au Ghana: 28 morts et des centaines de maisons effondrées

Burkina : un policier tué dans une attaque dans l'est

Guinée: le parquet requiert 5 ans de prison ferme contre les initiateurs de la contestation