Cuba dit oeuvrer "sans relâche" à la libération de ses deux médecins enlevés au Kenya
0
 

Écouter
Cuba dit oeuvrer

Cuba dit oeuvrer "sans relâche" à la libération de ses deux médecins enlevés au Kenya

AFP | Lu 2007 fois | Publié

Cuba "travaille sans relâche" à la libération de ses deux médecins enlevés vendredi au Kenya, a assuré dimanche le président cubain Miguel Diaz-Canel, un rapt dont sont soupçonnés les islamistes radicaux shebab.

"Cuba travaille sans relâche en vue du retour sains et saufs d'Assel et Landy, nos médecins enlevés au Kenya", a-t-il déclaré sur Twitter.

Les deux médecins, Assel Herrera Correa et Landy Rodriguez Hernandez, escortés par deux policiers dont un a été tué, se rendaient sur leur lieu de travail vendredi matin dans le comté de Mandera (nord-est du Kenya) lorsque leur véhicule a été bloqué par deux véhicules tout-terrain, selon des sources policières kényanes. D'après la police, les assaillants, soupçonnés d'être des shebab, les ont emmenés en Somalie voisine. 

"Avec eux et leurs proches nous partageons la certitude que leur mission humanitaire sera respectée et reconnue. Nous croyons dans le pouvoir de la Solidarité", a affirmé le président cubain.

Les deux hommes, un généraliste et un chirurgien, font partie d'un groupe d'une centaine de médecins cubains déployés à travers le Kenya depuis mi-2018 pour renforcer les services de santé dans ce pays d'Afrique de l'Est.

Depuis 2011, l'armée kényane participe à la mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom) qui lutte contre les shebab, affiliés à Al-Qaïda.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La mairie de San-Pedro offre 8000 kits scolaires à des élèves du primaire et du collège.

Un programme triennal de près 98 millions FCFA adopté par la mairie de San-Pedro

Un taxi finit sa course dans un fleuve à Guiglo: un mort

Le CHU de Yopougon fermé à partir de novembre pour une réhabilitation d'une durée de 36 mois à compter de janvier 2020.

Un tribunal militaire a condamné vendredi l'ancien chef d'état-major de Guinée équatoriale, Ruslan Hermes Nguema Oyana, à 18 ans de prison