268 000 tonnes de fèves de cacao broyées entre le 1er octobre 2018 et le 31 mars 2019 (Association des exportateurs)
0
 

Écouter
268 000 tonnes de fèves de cacao broyées entre le 1er octobre 2018 et le 31 mars 2019 (Association des exportateurs)

268 000 tonnes de fèves de cacao broyées entre le 1er octobre 2018 et le 31 mars 2019 (Association des exportateurs)

Frédéric Goré-Bi/RTIinfo | Lu 1485 fois | Publié

Selon les statistiques de l’association des exportateurs (GEPEX) publiées le vendredi 19 avril, 268 000 tonnes de fèves de cacao ont été traitées par les broyeurs de cacao en Côte d’Ivoire entre le 1er octobre 2018 et le 31 mars 2019. Contre 254 000 tonnes pour la même période de l’année dernière. Soit une hausse de 5,5% du taux de broyage de l’une des principales sources de revenus du pays.

Les données de l’association des exportateurs n’ont pris en compte que les chiffres de six grandes entreprises de broyages sur les douze que compte la Côte d’Ivoire, notamment Barry Callebaut, Olam et Cargill.

Premier producteur mondial de cacao avec 1,7 million de tonnes, la Côte d’Ivoire est désormais le premier broyeur de fèves de cacao au monde devant les Pays-Bas, l’Allemagne, les Etats-Unis.

Cependant, elle ne transforme que 35% de sa production qui fait pourtant 41% de l’offre mondiale de fèves de cacao.

Face à cette situation, les autorités par la voix du premier ministre Amadou Gon, ont annoncé en mai 2018, vouloir porter le niveau de la transformation locale de cacao de 35% à 50% d'ici 2020.

Avec une capacité totale de broyage de 712 000 tonnes, la Côte d’Ivoire n’a broyé que 505 000 tonnes l’année dernière.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Roger Stone, fidèle de Trump, reconnu coupable de mensonge au Congrès

RDC : Le Président Tshisekedi prévoit une éradication du virus Ebola d’ici à la fin de l’année.

Amnesty International plaide pour la réhabilitation de la prison de Katiola

Lancement officiel de planting d'arbres ce vendredi sur le territoire national

Le Gouvernement guinéen rejette un rapport d’Amnesty international