Nicaragua: plus de 400 attaques contre la presse en six mois (ONG)
0
 

Écouter
Nicaragua: plus de 400 attaques contre la presse en six mois (ONG)

Nicaragua: plus de 400 attaques contre la presse en six mois (ONG)

AFP | Lu 2033 fois | Publié

La presse et les journalistes ont été la cible de plus de 420 agressions, actes de censure ou menaces de la part des forces de police ou des paramilitaires en six mois de crise politique au Nicaragua, a dénoncé mardi la Fondation Violeta Barrios de Chamorro (FVBCH).

Un total de 261 journalistes et médias ont été victimes de ces actes contre la liberté de la presse entre le 18 avril, quand ont débuté les manifestations contre le président Daniel Ortega, et le 18 octobre, selon un rapport de cette Fondation présidée par l'ancienne présidente nicaraguayenne (de 1990 à 1997) Violeta Barrios de Chamorro.

Parmi les victimes figure notamment le journaliste Ángel Gahona, tué d'une balle dans la tête le 21 avril alors qu'il couvrait dans la ville de Bluefields (côte caraïbe) les manifestations réclamant le départ du président Ortega et de son épouse et vice-présidente Rosario Murillo.

Depuis le début de la crise, la violence a augmenté "contre les journalistes indépendants, avec des coups, des blessures, des agressions physiques" des vols d'équipement et des entraves au travail journalistique, selon le rapport.

La Fondation a notamment dénombré 77 agressions, 71 actes d'intimidation, 64 actes de censure, 62 menaces, 33 cas de diffamation et 26 attaques verbales.

Ces agissements ont été commis en majorité par des policiers, des paramilitaires partisans du régime, et des membres du parti sandiniste (FSLN) au pouvoir, selon le rapport.

Pour la Fondation, "le jour le plus noir pour les journalistes" a été le 9 juillet, lorsque 14 journalistes ont été attaqués alors qu'ils couvraient la visite des évêques dans la ville de Diriamba (sud du Nicaragua).

De nombreux journalistes ont été victimes du harcèlement de paramilitaires et ont dû changer de domicile, dénonce encore la Fondation. Des journalistes ont été agressés dans la rue par des inconnus, comme Hector Rosales, présentateur du journal télévisé de la chaîne des entreprises TV Vos, passé à tabac le 16 octobre.

Les violences politiques au Nicaragua ont fait plus de 320 morts depuis le début des manifestations en avril contre le régime du président Daniel Ortega et de son épouse et vice-présidente Rosario Murillo, accusé par ses adversaires de népotisme et de corruption.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Libye: situation "dramatique" de la liberté de l’information, déplore RSF

France/"Gilets jaunes" : un intellectuel cible d'injures antisémites

France/"Gilets jaunes" : un intellectuel cible d'injures antisémites

Burkina : un ancien proche de Compaoré annonce sa candidature à la présidentielle de 2020

Niger: 7 soldats tués dans des combats avec Boko Haram