CEI : Le déséquilibre au niveau des commissions électorales locales pourrait être corrigé (Hamed Bakayoko)
0
 

Écouter
Publicite
CEI : Le déséquilibre au niveau des commissions électorales locales pourrait être corrigé (Hamed Bakayoko)

CEI : Le déséquilibre au niveau des commissions électorales locales pourrait être corrigé (Hamed Bakayoko)

Boris Odilon BLÉ | Lu 5353 fois | Publié

Le Ministre d’Etat, Ministre de la Défense, Premier Ministre par intérim Hamed Bakayoko, s’est entretenu avec un groupe d'ambassadeurs accrédités. Les discussions ont porté sur l’arrêt du 15 juillet 2020 de la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples (CADHP) sur la Commission électorale indépendante (CEI).

Le Gouvernement ivoirien, par la voix du ministre Hamed Bakayoko, a donné des explications sur les efforts et actions entreprises pour la mise en place d'une Commission Electorale Indépendante (CEI) consensuelle et impartiale. « L'ordonnance du 4 mars 2020 du Président de la République offre une place supplémentaire à l’opposition, notamment le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Nous avons écrit à ce parti pour lui demander de désigner son représentant au sein de la commission centrale de la CEI. De même, la CEI fait des diligences pour que le PDCI désigne ses représentants dans les commissions locales, ce qui devrait permettre la reprise des élections au niveau des commissions électorales locales », a déclaré Hamed Bakayoko.

Le Premier Ministre par intérim a expliqué que selon les dispositions de l’arrêt du 15 juillet dernier de la CADHP il n'y a aucun déséquilibre dans la composition de la commission centrale de la CEI. « Le déséquilibre qui se constate plutôt au niveau des commissions électorales locales, pourrait être corrigé par la recomposition de celles-ci. Et ce, afin de garantir la tenue d'élections justes, transparentes et apaisées » a-t-il ajouté.

Le Coordonnateur résident du Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire a jugé cet échange avec le corps diplomatique constructif en ce qu’il a permis de mieux comprendre la position du gouvernement ivoirien et de noter que l'arrêt de la CADHP ne remet pas en cause la loi sur la recomposition de la CEI. « Nous avons pris bonne note des propositions faites par le gouvernement de mettre en œuvre, dans la mesure du possible et de façon réaliste, certaines des recommandations de la CADHP. Dans l'ensemble, nous avons constaté que la loi telle que votée n'a pas été remise en cause par la CADHP », a relevé Philippe Poinsot.

 

Boris Odilon BLE

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une marche silencieuse au lycée Sainte Marie en mémoire des victimes du SIDA

La quinzaine des droits de l’Homme du CNDH débute par la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le sida

La section du Regroupement des acteurs ivoiriens des droits de l’homme (RAIDH) relève les actions de prévention de la crise électorale à Aboisso

Une organisation déplore le refus des personnes vivant avec le VIH de fréquenter les hôpitaux à cause du Covid-19

Un fonds de 20 milliards FCFA pour le développement des petites et moyennes entreprises (PME) ivoiriennes

Publicite
Publicite