Un laboratoire de lutte contre le paludisme inauguré à Bouaké
0
 

Écouter
Un laboratoire de lutte contre le paludisme inauguré à Bouaké

Un laboratoire de lutte contre le paludisme inauguré à Bouaké

AIP | Lu 1795 fois | Publié

Un laboratoire de lutte contre le paludisme dénommé Centre pour l’évaluation des outils de lutte anti-vectorielle a été inauguré, mardi, à l’Institut Pierre Richet (IPR) de Bouaké, en présence de plusieurs autorités dont le directeur de cabinet du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique et le directeur de l’Institut national de la santé publique (INSP).

Ce centre permettra de développer et évaluer de nouveaux produits insecticides qui pourraient être des alternatives aux outils conventionnels jusque-là utilisés pour lutter contre le paludisme. Car, selon les spécialistes, les vecteurs de la maladie développent de plus en plus une résistance aux insecticides utilisés habituellement dans l’imprégnation des moustiquaires à longue durée d’action et dans la pulvérisation intra-domiciliaire.

Les travaux de recherche seront réalisés avec l’appui des partenaires en l’occurrence le Consortium international de recherche sur la lutte contre les vecteurs (Innovative Vector Control Consortium (IVCC) et avec l’accord des industriels et l’OMS.

Ce laboratoire est bâti sur 600 m² et équipé pour un coût de près de 200 millions de francs CFA. Il a été réalisé dans le cadre du projet Eave Tubes financé à hauteur de 2,5 milliards de francs CFA par la Fondation Bill-et-Melinda-Gates.  Ce projet de recherche sur le paludisme a été réalisé durant trois ans dans 40 villages de Gbêkê.

Il est le fruit d’un accord de partenariat entre le ministère de la santé et de l’hygiène publique à travers l’INSP et la London School of Tropical Medicine and Hygiène du Royaume-Uni, l’université de Pennsylvanie des Etats-Unis et Innovative Vector Control Consortium (IVCC).

Le directeur de cabinet du ministre de la santé et de l’hygiène publique, Pr. Soro Koutélé, et le directeur de INSP, Pr. Kouassi Dinard, ont rendu hommage à Dr N’Guessan Raphaël, fils de la localité, enseignant chercheur à London School of Tropical Medicine and Hygiène et ancien agent de l’IPR, qui a été l’initiateur de ce projet. Ils ont également traduit la gratitude de l’Etat de Côte d’Ivoire aux partenaires.

Le gouvernement ivoirien a décidé de faire de la lutte contre le paludisme une de ses priorités. Un programme national de lutte a été créé un 2007 et un plan stratégique arrimé au plan national de développement sanitaire est régulièrement élaboré et mis en œuvre. Les efforts ont permis de réduire le nombre de cas de décès liés au paludisme de 4.400 cas à 3.213 en 2018.

L’Institut Pierre Richet qui abrite ce nouveau laboratoire de lutte contre cette maladie était l’antenne de l’ex Organisation de coordination et coopération pour la lutte contre les grandes endémies (OCCGE) créée en 1960. L’institut est rattaché à l’Institut national de santé publique. Sa mission principale est la recherche et la formation sur les maladies tropicales.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

France: trois Bulgares et un Français inculpés pour trafic de personnes et travail illégal

Un projet de 580 millions FCFA lancé pour la transition agroécologique en Côte d’Ivoire

240 pieds de teck plantés par des jeunes dans une forêt classée de Ferké

Le plan stratégique de développement (PSD) de la région du N’zi comportant 37 projets, est estimé à près de 35,3 milliards FCFA

Intempéries à Bissau: cinq morts et un disparu dans l'effondrement d'un balcon